Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Akli Tadjer

Akli Tadjer

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, connectez-vous pour proposez la vôtre :

/1200

Merci d’utiliser une photo au format portrait en indiquant les copyrights éventuels si elle n’est pas libre de droits.

Nous nous réservons le droit de refuser toute biographie qui contreviendrait aux règles énoncées ci-dessus et à celles du site.

Les textes à caractère commercial ou publicitaire ne sont pas autorisés.

Articles en lien avec Akli Tadjer (2)

Avis sur cet auteur (50)

  • add_box
    Couverture du livre « De ruines et de gloire » de Akli Tadjer aux éditions Les Escales

    Marie Kirzy sur De ruines et de gloire de Akli Tadjer

    De Ruines et de gloire est le troisième volet d'une fresque historique racontant le destin d'une famille kabyle algérienne de 1939 à 1962. Ce qu'il y a de formidable avec ce pur conteur qu'est Akli Tadjer, c'est qu'alors que je n'avais pas lu les deux tomes précédents, j'ai eu l'impression...
    Voir plus

    De Ruines et de gloire est le troisième volet d'une fresque historique racontant le destin d'une famille kabyle algérienne de 1939 à 1962. Ce qu'il y a de formidable avec ce pur conteur qu'est Akli Tadjer, c'est qu'alors que je n'avais pas lu les deux tomes précédents, j'ai eu l'impression d'avoir tout compris du vécu des deux personnages principaux, le père et le fils, tant l'auteur distille toutes les informations nécessaires, sans lourdauds rappels, pour s'attacher à ses personnages dès les premières pages.

    Après deux volets consacrés au père, ancien soldat indigène durant la Deuxième guerre mondiale, place au fils en 1962. Adam El Hachemi Aït Amar est avocat au barreau d'Alger. Il attend avec impatience sa première grosse affaire. Mais ce n'est pas celle qu'il avait imaginé. Il va devoir défendre une fervente partisane de l'Algérie française.

    Le contexte historique des derniers feux de la guerre d'Algérie est remarquablement reconstitué. Nous sommes en mars 1962, quelques jours après les Accords d'Evian qui proclame un cessez-le-feu. Cette période d'immédiate pré-indépendance est finalement méconnue et j'ai été saisie par le chaos décrit, à savoir aucun cessez-le-feu mais une guerre sans merci entre l'OAS et le FLN entre attentats, exécutions sommaires et assassinats ciblés, des haines qui se recuisent à l'excès, avec une population ( quel que soit son bord ) prise en otage et un exode des Pieds-noirs qui démarrent.

    Le 26 mars, une fusillade a éclaté rue d'Isly à Alger. Les troupes françaises ont tiré sur des civils désarmés lors d'une manifestation pro-OAS. Bilan une quarantaine de morts, près de 200 blessés. le fait déclencheur n'a jamais été totalement éclaircie, mais la version la plus plausible mentionne, comme fait déclencheur de la répression, des tirs partis d'un immeuble en surplomb visant les soldats. Akli Tadjer donne un visage à ce tireur initialement anonyme : Emilienne Postorino, celle qu'Adam doit défendre.

    Deux personnages de 24 ans, du même pays mais qui ne voient pas l'avenir de la même façon ; un idéaliste qui rêve de mettre son talent au service de l'indépendance de l'Algérie et une jeune femme en colère qui ne veut pas perdre le pays qu'elle aime, quitte à prendre les armes. L'antagonisme peut sembler artificiellement caricatural mais l'auteur le traite avec un doigté subtil qui évite tout manichéisme en faisant évoluer le dilemme cas de conscience d'Adam tout comme la posture radicale d'Emilienne, et ce sans jamais verser non plus dans l'écueil inverse, à savoir un trop plein d'angélisme béat qui ne serait que bonnes intentions.

    Akli Tadjer a le romanesque généreux. A cette intrigue principale nouée autour de la relation entre l'avocat et sa cliente, il ajoute un arc narratif autour du père et de ses agissements mystérieux à el-Kseur. Dans le dernier quart, j'ai trouvé qu'il en faisait un peu trop avec deux événements excessivement rocambolesque qui détonnent avec le reste. Mais la période est tellement extra-ordinaire qu'on se dit que tout est possible, au final, même le plus invraisemblable.

    J'aime énormément les romans qui font découvrir la grande Histoire à travers les trajectoires intimes de héros somme toute ordinaires. Et là, on est dans le très bon avec en prime un regard humaniste dont on a particulièrement besoin par les temps qui courent. Les événements racontés sont sombres, et pourtant on sent à quel point Akli Tadjer veut faire vivre la flamme de l'espoir et de la résilience. Certes, cette flamme vacille mais elle ne s'éteint jamais dans ce beau roman qui permet de faire comprendre avec clarté et sans rancoeur les enjeux humains qui ont été au coeur du colonialisme, de la guerre d'Algérie et donc qui sont au coeur de la déconstruction coloniale. Poignant.

  • add_box
    Couverture du livre « De ruines et de gloire » de Akli Tadjer aux éditions Les Escales

    Squirelito sur De ruines et de gloire de Akli Tadjer

    Certaines sagas s’essoufflent : l’intérêt décroît, l’émotion perd de sa superbe. Avec ce troisième opus sur le destin d’Adam, Akli Tadjer termine superbement cette histoire commencée en 2021 avec D’amour et de Guerre. Souvenez-vous de ce garçon qui part dans les montagnes algériennes avec sa...
    Voir plus

    Certaines sagas s’essoufflent : l’intérêt décroît, l’émotion perd de sa superbe. Avec ce troisième opus sur le destin d’Adam, Akli Tadjer termine superbement cette histoire commencée en 2021 avec D’amour et de Guerre. Souvenez-vous de ce garçon qui part dans les montagnes algériennes avec sa bien-aimée pour fuir la deuxième guerre mondiale, il a trop en mémoire l’image de son père revenu cassé des tranchées et sans reconnaissance aucune de la France. Puis, vint le deuxième tome : D’audace et de liberté. Adam s’est émancipé, est resté en France après avoir survécu à la guerre mais a soif de liberté. Il rêve de retourner en Algérie avec la personne la plus chère en son cœur : Adam, son fils né de sa liaison secrète avec Zina. Si Zina a disparu, il a été nommé pour s’occuper officiellement du fruit de ses amours inoubliables.

    Les années ont passé, nous sommes en mars 1962, à Alger. Les accords d’Évian sont imminents mais le pays est déchiré entre l’OAS et le FLN avec des attentats quotidiens. Les colons veulent garder leur identité française en Algérie pendant que la métropole s’éloigne de son nationalisme et que le peuple algérien veut retrouver son identité et sa liberté. Adam fils est un jeune et brillant avocat vivant avec son père adoré et qui souhaite se mettre au service de l’Algérie libre. Eux deux espèrent tant avec cette indépendance qui se profile. Un dilemme va le mettre dans une position délicate : le cabinet où il travaille lui confie la défense de l’ennemie : une jeune activiste en faveur de l’Algérie française.

    Le pilier central du roman est là : le cas de conscience du fils Adam à l’aube de l’indépendance algérienne. Un pays fracturé par des décennies de colonialisme autoritaire ; deux peuples qui se déchirent entre haine et mépris. Pourtant, le jeune Adam – comme son père – refuse la loi du Talion, son seul désir est de retrouver une Algérie apaisée en faisant rejaillir toutes les sources de sa culture.

    Akli Tadjer pétrit encore et toujours son stylo dans un bain d’humanisme avec cet esprit de réconciliation entre les deux rives de la Méditerranée. Si les êtres odieux ne manquent pas, le romancier s’attarde sur ceux qu’il veut mettre en lumière : personnages attachants, parfois ambigus mais toujours solaires. Certains passages sont d’une intensité si forte qu’il est parfois difficile de retenir ses larmes ; la base est une fiction mais avec une réalité en transparence.

    En ce XXI° siècle, d’autres peuples se déchirent, d’autres guerres ravagent des vies et des rancœurs sont toujours omniprésentes de chaque côté de la Méditerranée. Puissent les romans d’Akli Tadjer traverser les terres, les mers, franchir les montagnes de l’intolérance pour qu’une humanité se retrouve un jour en paix dans le respect de l’autre, des autres.

    Le Domaine de Squirelito ==> https://squirelito.blogspot.com/2024/02/noisette-de-reconciliation-de-ruines-et.html

  • add_box
    Couverture du livre « De ruines et de gloire » de Akli Tadjer aux éditions Les Escales

    Rachida sur De ruines et de gloire de Akli Tadjer

    Ce roman fait partie de la trilogie « D'amour et de guerre », il s'agit du 3ème opus. On suit Adam El Hachemi Aït Amar, fils de Zina, jeune homme promis à une belle carrière d'avocat en Algérie, en 1962. Des phrases courtes et percutantes, un humour noir, très imagé, pour décrire une histoire...
    Voir plus

    Ce roman fait partie de la trilogie « D'amour et de guerre », il s'agit du 3ème opus. On suit Adam El Hachemi Aït Amar, fils de Zina, jeune homme promis à une belle carrière d'avocat en Algérie, en 1962. Des phrases courtes et percutantes, un humour noir, très imagé, pour décrire une histoire simple, au fond. La guerre d'Algérie n'est pas terminée, et malgré les accords d'Evian, les attentats à la voiture piégée et autres exécutions font partie de la vie quotidienne. Tandis que certains français ont quitté le pays, d'autres hésitent, car ce pays est le leur. C'est le cas pour Emilienne Postorino, jeune activiste pro Algérie française mais je laisse découvrir.
    J'ai été très émue par la lecture de ce roman, aux côtés d'Adam. Cette période de l'histoire liant la France et l'Algérie est encore délicate à aborder et certains sujets restent d'actualité. Akli Tadjer a su recréer l'ambiance qu'on peut imaginer, les relations entre pro et anti Algérie française, le mépris des colons à l'égard des « indigènes » considérés comme des va-nu-pieds incultes, tout cela sans exagération, ni aigreur, mais simplement car c'était la réalité. Il évoque tout aussi bien le déchirement côté français de devoir quitter ce pays. L'humour de l'auteur accompagne le lecteur tout au long du récit, ce sont des bulles de décompression appréciées. Une lecture riche d'enseignements, qui démontre encore une fois l'importance du dialogue, créant souvent l'empathie.

  • add_box
    Couverture du livre « De ruines et de gloire » de Akli Tadjer aux éditions Les Escales

    Rédactrice sur De ruines et de gloire de Akli Tadjer

    Akli Tadjer tire le fil de cette histoire, qui est en vérité le troisième tome d'une saga franco-algérienne dont D'amour et de guerre (2021) et D'audace et de liberté (2022) sont les premiers opus publiés aux Éditions Les Escales.
    C'est un sujet que j'ai envie d'explorer un peu plus dans les...
    Voir plus

    Akli Tadjer tire le fil de cette histoire, qui est en vérité le troisième tome d'une saga franco-algérienne dont D'amour et de guerre (2021) et D'audace et de liberté (2022) sont les premiers opus publiés aux Éditions Les Escales.
    C'est un sujet que j'ai envie d'explorer un peu plus dans les mois à venir car, malgré toutes mes lectures sur cette thématique, je m'aperçois que c'est toujours aussi complexe d'avoir un avis éclairé sur cette période de l'histoire franco-algérienne.
    Regarder les faits simplement et comment certains ont voulu manipuler l'histoire d'un côté ou de l'autre de la Méditerranée serait déjà un début.
    J'ai l'impression de devoir marcher sur des œufs à chaque fois que j'évoque cette histoire car les esprits ne sont pas toujours apaisés. Le fait de ne pas en parler y contribue grandement d'après moi, car il laisse des possibilités infinies d'interprétation et donc de manipulations…
    Bien sûr, il s'agit ici d'une fiction, et même si elle est très réaliste j'ai bien conscience qu'on ne peut l'ériger en vérité. Je crois que son auteur Akli Tadjer a voulu montrer qu'il est encore possible d'avoir une forme de résilience - même si d'aucuns pourraient le taxer d'angélisme - pour cela il faudrait la reconnaissance du mal qui a été fait et qu'il soit clairement énoncé.
    Nous sommes en mars 1962, les accords d'Évian viennent d'être signés : nous sommes à un moment de bascule historique qui va mettre fin à 8 années de guerre sur le sol algérien et 132 ans de colonisation française en Algérie.
    Pourtant, certains ne sont pas prêts à rendre les armes et la violence s'intensifie sur le terrain entre la branche armée du FLN (Front de libération nationale) et les membres de l'OAS (organisation terroriste clandestine française d'extrême droite).
    Les civils sont encore une fois les premières victimes de ces affrontements…
    C'est pour défendre les partisans de l'indépendance qu'Adam, jeune avocat d'origine kabyle, est rentré en Algérie. Pourtant, le sort va le confronter à un véritable dilemme : il va devoir prendre la défense d'une femme, Émilienne Postorino, partisane de l'Algérie française suspectée d'avoir tiré sur la foule.

    Comment concilier ces 2 points de vue que tout oppose ? C'est le parti pris par Akli Tadjer, je vous laisse juger de la fin…
    Un roman historique qui explore des rouages psychologiques et n'édulcore rien du racisme qui imprègne outrageusement la société.