Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'été des charognes

Couverture du livre « L'été des charognes » de Simon Johannin et Sylvain Bordesoules aux éditions Gallimard Bd
Résumé:

Ici, c'est le «village de nulle part». Là où l'on vit retiré et un peu hors la loi. Là où les enfants slaloment entre les pères ivres et les chiens errants, où l'été on apprend à dépecer les agneaux... Où trop souvent la misère vous mord les lèvres et la puanteur vous empoigne la gorge. Là où... Voir plus

Ici, c'est le «village de nulle part». Là où l'on vit retiré et un peu hors la loi. Là où les enfants slaloment entre les pères ivres et les chiens errants, où l'été on apprend à dépecer les agneaux... Où trop souvent la misère vous mord les lèvres et la puanteur vous empoigne la gorge. Là où l'amitié reste la grande affaire.
Un jour pourtant, il faut partir, affronter le monde pour tenter d'échapper à cette enfance pleine de terre et de sang qui vous colle à la peau.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (10)

  • Quand on se plonge dans cet album, on pense aux romans d’Édouard Louis ou de Marieke Lucas Rijneveld, qui témoignent d’une ruralité dépouillée et violente, aux histoires de coming of age à hauteur d’enfants livrés à eux-mêmes et à la cruauté grisante des jeux que peut porter en lui cet âge gris,...
    Voir plus

    Quand on se plonge dans cet album, on pense aux romans d’Édouard Louis ou de Marieke Lucas Rijneveld, qui témoignent d’une ruralité dépouillée et violente, aux histoires de coming of age à hauteur d’enfants livrés à eux-mêmes et à la cruauté grisante des jeux que peut porter en lui cet âge gris, entre deux mondes.

    C’est un peu de tout cela que l’on retrouve dans L’été des charognes.

    Malgré les scènes dérangeantes et frontales, une poésie certaine se dégage de ces pages. Une poésie du texte parfaitement mise en valeur par le dessin. Le choix du feutre et des couleurs transforme certaines cases en tableaux abstraits, et évite ainsi le travers du voyeurisme glauque.

    Parfaite passerelle vers le roman qu’il adapte, cet album dérange, remue, mais laisse aussi au lecteur le temps de reprendre son souffle dans de petits moments de grâce visuelle : des lumières dans les feuillages, un paysage familier, un ciel d'été.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • (Lu dans le cadre du Prix Orange de la BD 2024)

    J'avais beau m'y attendre, la lecture de "L'été des charognes" est raide. C'est noir, c'est cru, c'est âpre. On sent une volonté de choquer en nous mettant sous le nez la violence subie par ces oubliés de la société. Jai été dérouté par la prose...
    Voir plus

    (Lu dans le cadre du Prix Orange de la BD 2024)

    J'avais beau m'y attendre, la lecture de "L'été des charognes" est raide. C'est noir, c'est cru, c'est âpre. On sent une volonté de choquer en nous mettant sous le nez la violence subie par ces oubliés de la société. Jai été dérouté par la prose assez particulière de Simon Johannin, et j'ai passé une bonne moitié du bouquin à me demander si cela allait mener à quelque chose. Mais la deuxième partie de l'album, quand notre "héros" se frotte au monde extérieur, a réussi à me convaincre, et je me sentais même plus à l'aise avec le style d'écriture. La mise en images de Sylvain Bordesoules est remarquable : ses dessins au feutre sont assez bluffants, on se demande comment il réussit à obtenir un aussi beau rendu, et il sait trouver un subtil équilibre entre un réalisme presque photographique et un flou qui laisse la place à l'émotion. Hormis quelques scories dans la narration (le placement pas toujours heureux des phylactères), on imagine mal qu'il ne s'agisse que d'un premier album. Je reste un peu perplexe quant au message final de l'œuvre, mais je suis convaincu par le talent de l'auteur de cette adaptation !

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Une mise en dessin réussie de la misère sociale en mode ruralité

    Il y a de ces traits de feutres qui vous submergent et vous font tout ressentir. La peur du monde, la puanteur. Il y a de ces traits de feutres qui sont durs, aussi durs que l’histoire qu’ils racontent.

    Entrer dans...
    Voir plus

    Une mise en dessin réussie de la misère sociale en mode ruralité

    Il y a de ces traits de feutres qui vous submergent et vous font tout ressentir. La peur du monde, la puanteur. Il y a de ces traits de feutres qui sont durs, aussi durs que l’histoire qu’ils racontent.

    Entrer dans l’adaptation graphique du roman de Simon Johannin, c’est s’engouffrer dans le récit du quotidien d’une jeunesse perdue dans sa campagne, en quête de sens et qui fait face à la violence de ses relations familiales et à la difficulté du passage de l’enfance, de l’adolescence à l’age adulte.

    Certaines planches de Sylvain Bordesoules réalisées aux feutres aquarelles sont saisissantes, l’expressivité des visages remarquables. On regrettera par contre le choix de la typo...

    Si la gestion des traumas qui nous construisent est présente tout du long de ce récit, on y côtoie aussi la solidarité. Au-delà des charognes, il y a de la vie, de l’espoir.

    Lu dans le cadre du Prix Orange de la BD 2024. Merci à Lecteurs.com et aux Editions Gallimard pour l’envoi

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Difficile de rester indifférent face à ce récit. C'est âpre, brutal et souvent écoeurant. Je vais avoir du mal à dire que j'ai aimé, tant certains passages me mettaient mal à l'aise, mais je pense qu'il y a justement du talent à faire ressentir de telles émotions aux lecteurs.
    « titre en lice...
    Voir plus

    Difficile de rester indifférent face à ce récit. C'est âpre, brutal et souvent écoeurant. Je vais avoir du mal à dire que j'ai aimé, tant certains passages me mettaient mal à l'aise, mais je pense qu'il y a justement du talent à faire ressentir de telles émotions aux lecteurs.
    « titre en lice pour le Prix Orange de la BD 2024 »

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Sylvain Bordessoules adapte un roman de Simon Johanin en mettant en œuvre (pour cette première publication) une rare maitrise de la mise en page, du trait direct et de la colorisation (probablement au feutre pinceau). Le qualificatif de « Roman Graphique » est totalement approprié à cette somme...
    Voir plus

    Sylvain Bordessoules adapte un roman de Simon Johanin en mettant en œuvre (pour cette première publication) une rare maitrise de la mise en page, du trait direct et de la colorisation (probablement au feutre pinceau). Le qualificatif de « Roman Graphique » est totalement approprié à cette somme (284 pages quand même) qui se laisse lire avec fluidité par ses qualités graphiques pour illustrer l’universel difficile passage de l’enfance à l’adolescence et à l’âge adulte.

    Les choix graphiques permettent de lire cette histoire (finalement banale) sombre où transpirent et s’illustrent notamment :

    • un mal être omniprésent avec des jeunes désœuvrés dans un village rural, avec un rapport particulier aux animaux et à la mort (jusqu’aux charognes qui peuvent devenir un terrain de jeu) à un certain alcoolisme de certains parents, et au héros qui va dériver vers une bipolarité dangereuse ;

    • une confrontation des jeunes du village avec ceux des cités et son lot de trafic de drogue, de certains violences, …



    Tout n’est pas sombre néanmoins (à commencer par les couleurs des dessins !) et la fin privilégie le droit au possible coin de paradis.

    Cette découverte fait attendre avec impatience la prochaine création de Sylvain Bordessoules.


    Titre en lice pour le Prix Orange de la BD 2024. Remerciements aux éditions Gallimard et à Lecteurs.com pour la communication de cet ouvrage.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Adaptation du roman du même nom," l'été des charognes" nous plonge dans le village de "nulle part", celui où se côtoient enfants désœuvrés, pères alcooliques et animaux errants. Alternant les travaux de ferme et les jeux improvisés, très souvent de mauvais goût, ce récit nous plonge tête la...
    Voir plus

    Adaptation du roman du même nom," l'été des charognes" nous plonge dans le village de "nulle part", celui où se côtoient enfants désœuvrés, pères alcooliques et animaux errants. Alternant les travaux de ferme et les jeux improvisés, très souvent de mauvais goût, ce récit nous plonge tête la première dans une univers très violent, sans compromission et avec un parler très imagé. L'animal n'est pas épargné dans l'oeuvre et tient une place à part. La confrontation entre la ruralité et la ville devient un passage charnière, comme celui de l'enfance à l'adolescence puis l'âge adulte.

    Histoire assez inclassable et indéfinissable, elle ne laisse pas indifférent. Pour une première bande-dessinée, Sylvain Bordesoules livre une prestation graphique admirable qui donne une profondeur aux personnages et à ce qu'ils vivent. Il y a une rigueur du détail associée à un trait souple qui forcent le respect.
    Je ne suis pas forcément adepte des adaptations de romans en bande-dessinée mais comme tout principe, il supporte ses exceptions. La mise en scène est impeccable.
    Les textes sont bruts de décoffrage.

    "Lu dans le cadre du Prix Orange de la BD 2024.
    Je remercie Lecteurs.com ainsi que les Editions Gallimard Bande dessinée pour cet envoi."

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Sylvain Bordesoules nous livre ici sa première BD tirée du roman éponyme de Simon Johannin. L’histoire se situe au cœur de la France, celle des invisibles, qui, par un hasard de lecture, résonne bien involontairement avec l’actualité et la colère de nos paysans et de nos éleveurs. Le focus est...
    Voir plus

    Sylvain Bordesoules nous livre ici sa première BD tirée du roman éponyme de Simon Johannin. L’histoire se situe au cœur de la France, celle des invisibles, qui, par un hasard de lecture, résonne bien involontairement avec l’actualité et la colère de nos paysans et de nos éleveurs. Le focus est mis sur la détresse et le désœuvrement des jeunes qui vivent dans des villages qu’on n’imaginerait même pas exister, où « la misère vous mord les lèvres et la puanteur vous empoigne la gorge », mais où l’amitié reste une sérieuse et grande affaire.
    Cet album raconte l’histoire de deux garçons, Jonas et son ami, le personnage principal, jamais nommé, et fils de l’éleveur de brebis, La scène d’ouverture est d’une violence qui nous percute immédiatement : les deux gamins attirent un chien qu’ils battent à mort à coups de pierres et abandonnent dans une cabane isolée. Nous plongeons ainsi dans l’ivresse d’une enfance désœuvrée, baignée dans la brutalité. Nous nous colletons avec la sombreur de cette enfance dans un milieu désargenté, entre des pères, le plus souvent ivres, et des chiens errants qui pullulent depuis l’arrivée des « gueux » (sont ici nommés « gueux », « ceux qui arrivent par hasard, un peu cassés par la route et par la vie, souvent avec des chiens, ce sont d’anciens voyous qui ne rechignent pas à remuer des tonnes de m…. pour les épandre dans les champs »).
    Cet été là, « l’été des charognes » l’éleveur a un sérieux problème, des chiens ont affolé ses brebis et 46 d’entre elles dans la panique se sont jetées dans la ruisseau. Avec ses fils, ils vont devoir entasser les cadavres sous l’appentis en attendant l’équarisseur qui ne passera pas avant plusieurs semaines. Bien évidemment, avec la chaleur, la puanteur va devenir pestilentielle et le jeu des adolescents et de leurs copains va être de se lancer le défi de tenir le plus longtemps possible au milieu des charognes.
    Ce récit explore une quête, celle de l’identité, mais aussi celle d’une échappatoire et d’un cheminement vers la beauté. Dans le contexte de l’album, les enfants ne connaissent que le langage de la sentence injuste, de la crasse et des coups au corps et au cœur.
    L’auteur interroge au travers de cet album : Comment trouver sa voix et sa voie quand on est traités presque comme des animaux et qu’on vit dans la village de « nulle part »?
    On va suivre le personnage principal, ce gamin au T-shirt sans âge du PSG, dans les errances d’une adolescence entre découvertes et débordements pour qui le lycée offrira une opportunité pour fuir. Il vit avec son père dans une ferme délabrée et insalubre et va faire les pires bêtises avec son copain Jonas, leur vocabulaire très réduit est le plus souvent grossier, ce qui est la normalité pour eux. Nous le verrons, toutes ces années, hanté par l’ image du chien qu’il tue dans les premières pages, jusqu’au jeune homme en perdition qu’il deviendra.
    On avance dans ce pavé de 300 pages comme dans un reportage filmé caméra épaule avec des encadrés narratifs qui nous livrent pensées descriptives et réflexions intimes.
    Le dessin à l’aquarelle, dans une palette de couleurs impressionnistes fait resurgir la beauté comme un clair-obscur avec un rendu souvent approximatif et jeté. On ne saisit pas toujours la scène à laquelle on assiste comme si Sylvain Bordesoules avait volontairement négligé la représentation par pudeur ou embarras.
    Je suis ressortie assez perturbée de cette lecture, comme si j’avais été contaminée par le mal être de ces gamins. La crudité de certaines scènes vient s’imprimer dans notre rétine tout comme elle vient hanter le personnage principal.
    Voici un album aux dessins remarquables dont l’histoire ne peut nous laisser indifférents.

    Lu dans le cadre du Prix Orange de la BD 2024.
    Je remercie Lecteurs.com ainsi que les Editions Gallimard Bande dessinée pour cet envoi.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • L'article premier de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen dit " Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité." Mais parfois, l'enfance se...
    Voir plus

    L'article premier de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen dit " Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité." Mais parfois, l'enfance se déroule au milieu de nulle part, en marge, entouré d'alcool et sans cadre. Il devient alors difficile de se construire... Et quand arrive le moment où, de l'enfance on passe à l'adolescence puis à l'âge adulte, dans un milieu où les règles sont différentes, tout se complique...
    ~
    La lecture d'une BD ne tient pas à grand chose finalement. Pour ma part, la couverture m'attire et parfois je lis la BD sans forcément savoir à quoi m'attendre. D'autres fois, c'est l'auteur ou le sujet qui m'interpellent... Finalement, cela joue sur plusieurs ressorts qui ne sont pas systématiquement les mêmes. Tout ça pour vous dire que le choix de cette lecture s'est faite sur une image ... Un jeune garçon dans l'eau (voir la photo 3)... Je me suis dit "je vais en prendre plein les yeux".. Et c'est effectivement le cas, le travail graphique de Sylvain Bordesoules est vraiment très puissant pour retranscrire les émotions. Mais s'il vous prend aux tripes, c'est aussi parce que le sujet est aussi très intense et pose pas mal de question sur la vie.
    ~
    Sylvain Bordesoules a décidé d'adapter le roman fort de Simon Johannin et ce n'est sûrement pas la porte d'entrée la plus simple pour une première BD. Pourtant il réussi une belle prouesse en nous faisant suivre cette trajectoire de vie. Fort, intense et bien loin des sentiers battus. Bravo

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com