Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Trop humain

Couverture du livre « Trop humain » de Anne Delaflotte Mehdevi aux éditions Buchet Chastel
Résumé:

Le village de Tharcy somnole depuis des lustres. Suzie n'a plus d'âge et tient l'unique café, autrefois hôtel restaurant - Le Bal. Ces derniers temps, cependant, de jeunes néo-ruraux viennent s'installer en communautés dans les fermes alentour. Et monsieur Peck, un ingénieur à la retraite, a... Voir plus

Le village de Tharcy somnole depuis des lustres. Suzie n'a plus d'âge et tient l'unique café, autrefois hôtel restaurant - Le Bal. Ces derniers temps, cependant, de jeunes néo-ruraux viennent s'installer en communautés dans les fermes alentour. Et monsieur Peck, un ingénieur à la retraite, a quitté Paris pour acheter le presbytère. Il est accompagné d'un incroyable Assistant de Vie Electronique, Tchap, qui va semer le trouble dans tous les esprits.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (6)

  • A Tharcy, le Café du Bal réunit les habitués auxquels se mêlent, depuis quelque temps, des "pièces rapportées" qui ont déserté la ville. Parmi eux, l'excentrique monsieur Peck promène son élégante nonchalance. Derrière le comptoir, Suzie officie depuis 70 ans. Indéchiffrable Suzie, qui a arrimé...
    Voir plus

    A Tharcy, le Café du Bal réunit les habitués auxquels se mêlent, depuis quelque temps, des "pièces rapportées" qui ont déserté la ville. Parmi eux, l'excentrique monsieur Peck promène son élégante nonchalance. Derrière le comptoir, Suzie officie depuis 70 ans. Indéchiffrable Suzie, qui a arrimé son existence à son café-restaurant, à sa cuisine et à son jardin et qui voile son histoire tragique sous une limpidité avenante. L'irruption de Tchap, l'Assistant de Vie Electronique de monsieur Peck, conçu par lui-même pour l'aider après une maladie grave, va troubler l'assoupissement du café, du bourg et de Suzie jusqu'à provoquer le drame.

    Le roman de Anne Delaflotte-Mehdevi est à l'image de Suzie, son personnage principal : sa lumineuse transparence permet de dissimuler des secrets enfouis au creux des mémoires. En instaurant dépositaire d'une tragédie personnelle, elle-même inscrite dans l'histoire du bourg, un robot, un "non-humain", le récit entrelace passé et présent et interroge de manière lancinante la définition de l'humain. Quelle place pour l'humain dans les actes cruels ? Paradoxalement, Tchap, une machine, montre une humanité dont ne font pas preuve les habitants de Tharcy. La bonté de Suzie, qui nourrit ceux qui lui ont fait du mal, n'est pas synonyme d'oubli, ni de pardon. Immuable dans son café, lieu de vie et de rencontre des habitants, elle demeure le reflet implacable des indignités commises dans le passé. Sa présence même empêche tout oubli, mais elle ne peut empêcher non plus la répétition d'évènements presque similaires. A quoi, alors, sert la mémoire si nul ne prend en compte les erreurs du passé ?

    "Trop humain" tisse un maillage serré de thématiques, elles-mêmes générant de passionnantes réflexions, stimulées par une écriture très fluide. Comme une boîte de Pandore, le récit s'ouvre sur le meilleur et le pire de l'âme humaine, sur toute sa complexité, ses méandres et ses linéarités. Un roman épatant qui m'a fait passer par un bouillonnement d'émotions, de poésie et de plaisir.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • De l’auteure, j’avais aimé Le livre des heures et adoré La relieuse du gué.

    Je retrouve sa plume avec plaisir et suis étonnée qu’elle situe son récit dans un futur proche dans lequel les humains peuvent acheter des AVE, des Assistant de Vie Electronique pour les aider.

    J’ai aimé Suzie qui...
    Voir plus

    De l’auteure, j’avais aimé Le livre des heures et adoré La relieuse du gué.

    Je retrouve sa plume avec plaisir et suis étonnée qu’elle situe son récit dans un futur proche dans lequel les humains peuvent acheter des AVE, des Assistant de Vie Electronique pour les aider.

    J’ai aimé Suzie qui tient la Maison du Bal, hôtel-restaurant qui ne sert plus que 12 repas les midis. J’ai aimé qu’elle raconte à l’AVE nommé Tchap ses parents, sa vie et le cruel décès de sa mère à la Libération.

    J’ai aimé que les souvenirs de Suzie soient épars, qu’ils viennent en fonction de ce qu’elle a envie de raconter à ce moment.

    J’ai aimé Tchap, ainsi nommé en hommage à Capek, écrivain tchèque inventeur du mot « robot ». Et puis, « a good chap » en anglais veut dire un bon gars.

    J’ai aimé la conjugaison du verbe corréler : Tchap doit corréler les informations que lui donne Suzie.

    J’ai aimé les leitmotivs : Suzie adore cuisiner les oeufs que lui donnent ses poules ; les veillées pendant lesquels Suzie raconte ses souvenirs ; le champ de foire en face du restaurant de Suzie.

    J’ai aimé que Tchap devienne plus humains que les hommes, lui qui pouvait dire sans se tromper l’humeur de Michel ou si la boulangère avait assez dormi. Les hommes eux, ne veulent que du pain frais.

    J’ai eu de la peine pour Michel qui ressasse sans cesse ce qu’on fait ses parents contre la mère de Suzie. Ce souvenir reste vivace pour lui, au point que les mêmes causes produisent les mêmes effets.

    J’ai aimé que Marius cherche sa place dans le village puis force la porte de Suzie, devenue trop fragile pour continuer de servir en salle.

    J’ai aimé cette salle de bal qui renait au fur et à mesure du roman.

    J’ai aimé le mot de l’auteure en fin de roman : il ne reste que la mémoire forcément défaillante, celle qui oublie des détails. Et parfois, c’est mieux.

    Un bémol : certains débuts de paragraphes qui commencent avec le nom du personnage qui va parler. Puis à la ligne le dialogue commence. Un procédé assez déroutant mais qui évite les « Suzie dit – Tchap répond… »

    Quelques citations :

    un royaume doué d’extraterritorialité, « fiction juridique » dit le dictionnaire Petit Robert.

    L’enjeu suprême sera toujours d’être aimé par un semblable ou d’abuser un semblable. Nos relations avec les AVE se placent à un autre niveau.

    Même de l’invention de la roue, une forme parfaite, on s’est démerdé pour faire un instrument de torture !

    L’image que je retiendrai :

    Celle des veillées de Suzie et Tchap, seuls dans la salle de bal vide.

    https://alexmotamots.fr/trop-humain-anne-delaflotte-mehdevi/

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Émouvant, d’une beauté infinie, tremblant de sentiments, « Trop humain » est irrésistible.
    Le portrait d’une femme, Suzie, âgée et souveraine, dont on aime les gestuelles, les regards et ses pas feutrés.
    Elle vit dans le village de Tharcy depuis toujours. Elle gère et affectionne l’unique...
    Voir plus

    Émouvant, d’une beauté infinie, tremblant de sentiments, « Trop humain » est irrésistible.
    Le portrait d’une femme, Suzie, âgée et souveraine, dont on aime les gestuelles, les regards et ses pas feutrés.
    Elle vit dans le village de Tharcy depuis toujours. Elle gère et affectionne l’unique café, au préalable l’hôtel-restaurant Le Bal.
    Chacun connaît l’autre. Les petites manies, les heures ajustées aux persiennes qui s’ouvrent subrepticement. Le village est pleine mutation, par de nouveaux arrivants : jeunes.
    Suzie est le point du centre de ce récit sensible et palpitant. Habillée de rituels, de calme et de constance, rien de bouscule son quotidien. Elle est réfléchie, seule et son pragmatisme est l’arbre que cache la forêt.
    Jusqu’au jour où monsieur Peck qui vient d’acheter le presbytère, est intriguant et source de conversations à voix basse. Il faut dire qu’il y a une raison à cela, ce dernier vient de concevoir un AVE : un assistant de vie électronique prénommé Tchap.
    Ce dernier va semer la zizanie. C’est une machine capable de suivre une conversation « un ressort de l’étrangeté ». Atypique, dans le rythme pavlovien du café, Tchap ne passe pas inaperçu. Il faut dire que monsieur Peck ne se déplace jamais sans lui. C’est un symbole générationnel. La solitude est comblée par une machine. Serait-ce le fléau de notre siècle ?
    Anne Delaflotte Mehdevi avance les pions. Le récit est voluptueux, sociétal et mélodramatique. Tchap, le robot, capable d’anthropomorphisme. Peu à peu, il devient complice de Suzie qui ne se sent plus seule. Il reste dans le café jusqu’à plus d’heure. Il est le confident, une bouée de sauvetage , l’exutoire.
    Attachant, subtil, perspicace, l’intelligence fine, il va briser la carapace de Suzie. « Monsieur Peck l’a aussi programmé pour alimenter la conversation en matière de sciences, littérature, musique, robotique, programmé pour argumenter, avancer dans une discussion. »
    Le village palpite. L’évènementiel d’un quotidien tiré au cordeau est bousculé. Tchap est le point de mire. Suzie s’attache à ce robot. « Parce qu’on finirait par la faire pleurer encore une fois. Une dernière, pour la route. Suzie aurait le temps de composer avec Tchap, avant de le conjuguer, même lui, au passé. »
    Tchap, peu à peu, comprend son rôle. Loin des carcans d’une simple machine, il est programmé pour apaiser les doutes, faire remonter la sève du passé de Suzie.
    Comprendre que la salle de bal est ornée de secrets. Suzie ne s’est jamais mariée.
    L’écriture éclate et étincelle sur les lignes. L’envolée tendre d’une trame, à l’instar de rais de lumière. Pétri d’humanité, ici, les rencontres sont sincères. Marius, un jeune homme cabossé par la vie. Il prend racine dans le café, cherche ses repères et la connivence entre Suzie et lui est du baume au cœur. La rémanence des sentiments, une noria d’oiseaux en plein vol.
    Tchap fait danser Suzie. La rédemption boréale. « Trop humain » est tendre comme du bon pain. Judicieux, et sous ses faux-airs, la gravité des grandes importances. Suzie a des faux-airs de la concierge dans « L’élégance du hérisson ».
    Intergénérationnel, comme le café du Bal qui va prendre un nouvel élan. Un livre qui accroche ses bras autour de votre cou.
    « Trop humain » est le génie littéraire. Publié par Éditions Buchet-Chastel.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • J’ai bien apprécié ce roman d’Anne Delaflotte-Mehdevi « Trop humain » qui, habillement, aborde le débat sur l’intelligence artificielle.
    Le petit bourg de Tharcy renaît de son exode rural avec l’arrivée de néo-ruraux qui forment une communauté au hameau du Buisson.
    Subsistent quelques...
    Voir plus

    J’ai bien apprécié ce roman d’Anne Delaflotte-Mehdevi « Trop humain » qui, habillement, aborde le débat sur l’intelligence artificielle.
    Le petit bourg de Tharcy renaît de son exode rural avec l’arrivée de néo-ruraux qui forment une communauté au hameau du Buisson.
    Subsistent quelques commerces, la boulangerie mais surtout l’hôtel restaurant « Le Bal » tenu par Suzie, l’ancêtre du village et véritable « arbre de vie ».
    Malgré son âge avancé, elle sert encore au bar où les conversations vont bon train et cuisine, le midi, pour une douzaine d’habitués soit un ragoût ou les œufs de ses poules à la fameuse sauce meurette.
    Mais tout ce petit monde va bientôt être ébranlé, l’ancien presbytère vient d’être racheté par un ingénieur, Monsieur Peck, qui l’habite avec son invention un assistant de vie électronique connecté, très beau et véritable clone humain.
    Les langues se délient et l’hostilité des anciens et des nouveaux fait la quasi-unanimité. Lorsque Tchap, le robot, et son inventeur s’aventurent au bar ils subissent les sarcasmes mais doivent aussi répondre à quelques questions voulues embarrassantes pour tester cette foutue machine.
    Suzie, si attachante et sensible, perplexe lors des premières rencontres va se laisser attendrir par le robot et finit par se confier lors de veillées, racontant son histoire familiale et celle du village que l’appareil, après accord, corrèle aux données informatiques qu’il reçoit. De quoi faire naître de nouvelles craintes de divulgations d'anciens secrets.
    Notre héroïne pourra compter sur l’appui de Marius, un globe-trotter atterri dans le village, qui s’imposera pour seconder Suzie dans sa gestion du commerce mais aussi de Clara, descendante d’Alfrédine la marraine de Suzie, qui vient d’acheter la maison mitoyenne pour rouvrir la salle de bal attenante, fermée depuis la libération à la suite de sombres événements.
    L’auteure nous restitue très bien l’esprit des petits villages avec sa petite histoire, ses « qu’en dire-t-on », ses ragots et sait, également, pour suivre l’exemple de cette sympathique vieille dame, nous influencer à adopter un regard un peu moins méfiant sur ces nouvelles technologies.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Tharcy un petit village de 298 âmes a vécu dans une certaine léthargie jusqu’à ce qu’une émission de téléréalité, rendant compte de l’installation d’une communauté de jeunes néo ruraux dans le hameau voisin, provoque un mouvement migratoire faisant passer la population à 401 âmes. Un renouveau...
    Voir plus

    Tharcy un petit village de 298 âmes a vécu dans une certaine léthargie jusqu’à ce qu’une émission de téléréalité, rendant compte de l’installation d’une communauté de jeunes néo ruraux dans le hameau voisin, provoque un mouvement migratoire faisant passer la population à 401 âmes. Un renouveau pour les uns, une invasion pour les autres. Suzie, qui n’a plus d’âge, tient « Le Bal », l’unique café, autrefois hôtel restaurant. Elle a toujours vécu à Tharcy est en est la mémoire vive , elle, pour qui le temps s’est arrêté il y a de nombreuses années . C’est encore elle qui se retrouve aux premières loges pour constater ce changement. Toutefois, c’est l’excentrique Monsieur Peck, ingénieur à la retraite qui a acheté le presbytère qui fait le plus parler car il est accompagné d’un incroyable Auxiliaire de Vie Electronique (AVE) ,un androïde dernière génération, nommé Tchap qui sème le trouble dans les esprits.
    Suzie, tout d’abord désarçonnée par l’arrivée de Tchap, se laisse convaincre par ce robot à la voix numérisée envoutante et déroutante.
    Le soir, après la fermeture du bar, s’engage un dialogue entre Suzie et Tchap. Il entraîne la vieille femme dans des veillées où elle va devoir, en plus de retracer l’histoire du village, interroger un passé qu’elle avait hermétiquement scellé.
    En remontant ainsi le temps, c’est après sa propre mémoire perdue que court Suzie, qui, grâce à l’AVE, va pouvoir la réinscrire sur la frise du temps.
    Mais dans le village tout le monde sait que Suzie raconte sa vie au robot. Certaines familles se sentent menacées par ce qu’elle pourrait lui raconter. De même, certains jeunes de la communauté voient d’un mauvais œil ce représentant de Big Brother dans une campagne perdue où ils prétendent repartir de rien.
    L’auteure, dans ce huit-clos entre la vieille dame et le robot, aborde le sujet très contemporain du regard de la société sur l’intelligence artificielle et de sa méfiance, voire de sa peur à son égard. Est également abordé le sujet de la transmission, mais aussi le poids des secrets et des non-dits qui peuvent souder aussi bien que diviser une communauté.
    C’est d’une plume poétique, saisissante et délicate que l’auteure nous fait vivre cette histoire pleine d’humanité aux personnages percutants, habillement construits.
    J’avoue m’être laissée happée par la narration addictive et les personnages forts, attachants et bienveillants de ce roman prenant, lu d’une seule traite, que l’on a envie de partager et qui résonne en nous encore longtemps après l’avoir refermé.
    Anne Delaflotte Mehdevi est une écrivaine française. Elle suit des études en droit international et diplomatique et pratique le piano et le chant lyrique. De 1993 à 2011, elle vit à Prague où elle apprend et exerce le métier de relieur, parallèlement à son travail d'écrivaine.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • A Tharcy, petit village, le café du Bal est tenu par Suzie, une femme âgée mais sans âge réel... Ses habitudes vont être bouleversées par l'arrivée de Tchap, un robot assistant de vie, mais aussi pour l'emménagement de néo-ruraux qui vont sortir le village de sa torpeur... J'ai beaucoup aimé le...
    Voir plus

    A Tharcy, petit village, le café du Bal est tenu par Suzie, une femme âgée mais sans âge réel... Ses habitudes vont être bouleversées par l'arrivée de Tchap, un robot assistant de vie, mais aussi pour l'emménagement de néo-ruraux qui vont sortir le village de sa torpeur... J'ai beaucoup aimé le personnage de Suzie, l'évocation de ses secrets et blessures mais aussi son ouverture d'esprit face aux changements, aux évolutions de la société. J'avoue avoir été moins intéressée par Tchap car, si je trouve le sujet de l'IA original, il ne m'a semblé ici qu'un prétexte aux confidences de Suzie...
    Un beau roman en tout cas, qui se lit avec plaisir et dans lequel j'ai retrouvé des aspects de villages connus de mon Auvergne.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.