Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jorn Lier Horst

Jorn Lier Horst
Ancien inspecteur de la police, Jørn Lier Horst figure parmi les auteurs les plus vendus en Norvège. L'usurpateur est le troisième tome des enquêtes de William Wisting publié dans la Série Noire après Fermé pour l'hiver (2017) et Les chiens de chasse (2018).

Avis sur cet auteur (36)

  • add_box
    Couverture du livre « Que le meilleur gagne » de Jorn Lier Horst et Thomas Enger aux éditions Gallimard

    Dany La sur Que le meilleur gagne de Jorn Lier Horst - Thomas Enger

    Premier ouvrage à quatre mains de ces deux auteurs norvégiens et première découverte en ce qui me concerne.
    J’ai beaucoup aimé cette plongée dans le monde des télé-réalités et des influenceurs. Les auteurs ne pouvaient choisir de sujets plus actuels.
    Le suspense est subtil et bien mené. Je ne...
    Voir plus

    Premier ouvrage à quatre mains de ces deux auteurs norvégiens et première découverte en ce qui me concerne.
    J’ai beaucoup aimé cette plongée dans le monde des télé-réalités et des influenceurs. Les auteurs ne pouvaient choisir de sujets plus actuels.
    Le suspense est subtil et bien mené. Je ne connaissais aucun des deux auteurs mais j’ai très bien accroché. Je n’en dit pas plus mais je suis fan! Et je vais m’empresser de découvrir d’autres titres.

  • add_box
    Couverture du livre « La chambre du fils » de Jorn Lier Horst aux éditions Gallimard

    Aa67 sur La chambre du fils de Jorn Lier Horst

    Deux enquêtes à mener de front pour élucider une affaire à retentissement national

    Même plaisir de lecture que pour « Le code de Katharina ». J’ai dans la lancée lu deux plus anciens Horst dont je parlerai vite fait en toute fin de ce billet.

    Jorn Lier Horst est un écrivain qui s’est...
    Voir plus

    Deux enquêtes à mener de front pour élucider une affaire à retentissement national

    Même plaisir de lecture que pour « Le code de Katharina ». J’ai dans la lancée lu deux plus anciens Horst dont je parlerai vite fait en toute fin de ce billet.

    Jorn Lier Horst est un écrivain qui s’est bonifié au fil des livres. En lisant deux volumes plus anciens, j’ai vu à quel point il était plus précis, les phrases plus fluides, les énigmes plus étalées dans l’ensemble du livre. Les traductrices n’étant pas les mêmes, cela peut aussi expliquer certaines lacunes de composition et de structure des phrases. Aude Pasquier qui a traduit les derniers est bien plus proche du « parler français » que ne l’avait été Céline Romand-Monnier.

    Le norvégien Horst, ancien officier de police, explore ici une facette différente de ses autres polars. Il plonge dans les coulisses du pouvoir politique norvégien mais sans excès de politique.
    Il combine deux affaires, une récente et un cold case. La première lui a été secrètement attribuée à William Wisting par le procureur général Lyngh qui lui demande d’enquêter sur la mort de Bernhard Clausen, du parti travailliste, ancien ministre de la santé. Il est mort d’une crise cardiaque. De suite après sa mort, Walter Krom, son bras droit, est allé à son chalet dont il connaissait le code de l’alarme, histoire de vérifier si rien de compromettant ne trainait concernant le parti travailliste qui se trouve en pleine propagande électorale. Dans une chambre poussiéreuse, Krom trouve des cartons contenant quatre-vingt millions de couronnes en euros, livres sterling et dollars.
    Wisting, l’enquêteur bien connu des lecteurs de Horst, est mandaté pour découvrir leur origine, et ceci le plus discrètement possible. Line, la fille journaliste de Wisting, va entrer en action afin de fouiller à sa manière et récolter quelques infos pour son père..
    Le passé de Clausen va être regardé à la loupe, ainsi que la mort, quelques années auparavant de sa femme Lisa après un cancer rare et l’accident de moto mortel de son fils Lennart, six mois après sa mère.
    Très vite apparait une ancienne affaire non élucidée ; celle de la disparition de Simon Meier près du Lac Gjersjoen.

    Le ton et le rythme de cet opus sont parfaits. Il n’est pas trop stressant mais tout de même addictif. Il est d’ailleurs prêt pour être un scénario tant tout est minutieusement décrit et l’ambiance palpable.

    Concernant les deux autres livres lus dans la foulée :
    - L’usurpateur (2013) : le moins bon à mes yeux, pas encore la maturité des suivants
    - Le disparu de Larvik : un peu lent à entrer en action (ça ne roule vraiment que vers la page 100) et surtout cette mauvaise traduction qui rend la lecture moins fluide. Sinon rien à redire.

  • add_box
    Couverture du livre « Le code de Katharina » de Jorn Lier Horst aux éditions Gallimard

    Aa67 sur Le code de Katharina de Jorn Lier Horst

    Digne héritier du norvégien Henning Mankell.

    Jorn Lier Horst étant un ancien inspecteur de police norvégien, et très au fait des rouages du système judiciaire, ce polar a tout bon. La mécanique est plausible, les personnages bien ancrés dans la terre norvégienne, les descriptions assez...
    Voir plus

    Digne héritier du norvégien Henning Mankell.

    Jorn Lier Horst étant un ancien inspecteur de police norvégien, et très au fait des rouages du système judiciaire, ce polar a tout bon. La mécanique est plausible, les personnages bien ancrés dans la terre norvégienne, les descriptions assez précises pour se sentir à des milliers de kilomètres.
    Polar datant de 2021, je serais passée à côté si des babélionautes n’en avaient pas discuté au travers des critiques. Merci les amis.

    Le commissaire William Wisting et son équipe sont obligés de travailler en totale collaboration avec un nouveau département créé pour résoudre des cold case.
    Adrian Stiller, encore très jeune pour un poste de responsable dans cette nouvelle organisation, s’est mis en relation avec Wisting car un des cold case, celui de l’enlèvement de Nadia Krogh, fille d’un milliardaire industriel, datant d’il y a 26 ans aurait un lieu avec une disparition non résolue par Wisting. Les avancées technologiques ont révélé un dénominateur commun ; des empruntes retrouvées sur des lettres du ou des ravisseurs de Nadia. Elles appartiendraient à Martin Haugen dont l’épouse, Katharina Haugen, a disparue il y a 24 ans.

    Les circonstances de sa disparition et le code hyper compliqué laissé sur la table de la cuisine n’ont jamais été élucidés. Wisting, au fil des années, a noué une relation copain/copain avec Martin, le mari de Katharina. En raison de ce statut on lui demande de s’impliquer tout particulièrement auprès de ce suspect numéro un.

    Line, journaliste et fille de Wisting, va elle aussi être impliquée afin de faire sortir le ou les loups du bois.
    Tout ce joli monde va nouer des relations compliquées et périlleuses à bien des moments. La lenteur scandinave qui est manifeste dans ce livre, n’enlève en rien l’angoisse que le lecteur va ressentir. Et c’est pile ce qu’on attend d’un bon polar.
    Le gant de velours de l’écriture enveloppe à merveille cette ambiance nordique et tourmentée. On est comme au coin du feu à discuter, observer, mais tout autant plongé dans les tracas de l’enquête. On est comme immergé et les détails donnés par les techniques scientifiques ainsi que les états d’esprit des personnages ont été pour moi totalement addictifs.
    A tout moment j’ai pu constater à quel point la phrase qui présente Jorn Lier Horst comme étant le digne héritier du fabuleux Henning Mankell, était juste. Pour moi tout est dit puisque je suis une super groupie de Mankell. De fait, « La chambre du fils », son précédent roman est déjà dans ma PAL.

    Juste quelques longueurs vers la fin et avant l’accélération vers le dénouement. Dommage.

  • add_box
    Couverture du livre « La chambre du fils » de Jorn Lier Horst aux éditions Gallimard

    Blandine sur La chambre du fils de Jorn Lier Horst

    La mort brutale de Bernard Clausen, homme politique en retrait, oblige la police à mener une enquête. Dans sa résidence secondaire l’enquêteur en charge de la mission trouve de l’argent, une très grosse somme d’argent. Bien entendu cela soulève quelques interrogations.
    Ils se mettent à...
    Voir plus

    La mort brutale de Bernard Clausen, homme politique en retrait, oblige la police à mener une enquête. Dans sa résidence secondaire l’enquêteur en charge de la mission trouve de l’argent, une très grosse somme d’argent. Bien entendu cela soulève quelques interrogations.
    Ils se mettent à plusieurs, dans le plus grand secret, à enquêter, chercher… Bien entendu cela ne reste pas sans conséquence. Des langues se délient, des personnes impliquées se manifestent ce qui compliquent les choses.
    L’enquête bien rythmée rend le livre agréable malgré quelques petites incohérences (peut-être des erreurs de traduction ?)

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !