Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Le bûcher des illusions

Couverture du livre « Le bûcher des illusions » de Frederic Brunnquell aux éditions Albin Michel
Résumé:

« J'ai vécu des mois avec ces personnes. J'ai essayé de les comprendre. Tous m'ont ému. Je me suis pris à extrapoler leurs vies pour leur accorder le droit au romanesque. Il était une fois... »Enfin ils parlent. Ils osent exposer leur ressentiment, s'ouvrir aux autres, sortir le mal-être de... Voir plus

« J'ai vécu des mois avec ces personnes. J'ai essayé de les comprendre. Tous m'ont ému. Je me suis pris à extrapoler leurs vies pour leur accorder le droit au romanesque. Il était une fois... »Enfin ils parlent. Ils osent exposer leur ressentiment, s'ouvrir aux autres, sortir le mal-être de leurs tripes. Gagnés par un courage collectif, ils partagent leurs faiblesses, dévoilent ces sentiments jugés honteux et trop longtemps refoulés. Depuis des années, ils vivent arc-boutés contre une société idéalisée de winners individualistes qu'ils ont chacun, à un moment de leur vie, espéré rejoindre. Les plus aisés ont construit des piscines et acheté des voitures, les plus pauvres espèrent des logements sociaux et beaucoup d'entre eux croulent sous les dettes des crédits à la consommation. Ce jour-là, sous le toit en bois de palettes recyclées, les masques tombent. Après une carrière de grand reporter, Frédéric Brunnquell est auteur-réalisateur de documentaires. Ses films ont reçu de nombreux prix en festival. Attaché à donner la parole aux oubliés de notre société, il a précédemment écrit Hommes des tempêtes, salué par la presse et trois fois primé. Le Bûcher des illusions confirme son talent.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (7)

  • « Le bûcher des illusions » de Frédéric Brunnquell est le récit de sept petites gens, confrontés aux difficultés de la vie.

    « J’ai vécu des mois avec ces personnes.
    J’ai essayé de les comprendre.
    Toutes m’ont ému. Je me suis pris à extrapoler leurs vies pour leur accorder le droit au...
    Voir plus

    « Le bûcher des illusions » de Frédéric Brunnquell est le récit de sept petites gens, confrontés aux difficultés de la vie.

    « J’ai vécu des mois avec ces personnes.
    J’ai essayé de les comprendre.
    Toutes m’ont ému. Je me suis pris à extrapoler leurs vies pour leur accorder le droit au romanesque.
    Il était une fois… »

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Le père noël de Lecteurs.com m'a encore gâtée cette année avec ce recueil de récits publié à la rentrée littéraire de septembre dernier. Fréderic Brunnquell était grand reporter, il est désormais réalisateur de documentaires. Il est déjà l'auteur d'un récit de voyage publié chez Grasset Hommes...
    Voir plus

    Le père noël de Lecteurs.com m'a encore gâtée cette année avec ce recueil de récits publié à la rentrée littéraire de septembre dernier. Fréderic Brunnquell était grand reporter, il est désormais réalisateur de documentaires. Il est déjà l'auteur d'un récit de voyage publié chez Grasset Hommes des tempêtes, il se consacre ici à la vie individuelle de personnes ou de familles, oubliées par la société, du travail, de la consommation. Pourtant, de vraies personnalités, qui tiennent les deux bouts avec une volonté qui force le respect. Comme il le dit : "Des gens de la petite classe moyenne devenus les personnages semi-imaginaires d'un livre", là où la fiction finit de compléter les observations et souvenirs de Frédéric Brunnquell.

    Ce recueil se compose de huit histoires, huit récits de vie-s d'individus différents, qui ne se connaissent pas, qui n'ont rien en commun si ce n'est une vie de contraintes, de labeurs, de solitude, de difficultés financières, écrasés par le rouleau compresseur d'une économie vacillante, d'un gouvernement aveugle aux difficultés des plus pauvres, de ceux qui ne vivent que de presque rien. Le naufrage des cuirassés présente Sylvie, vendeuse de presse, qui arrive à peine à se faire 500 € par mois et qui persiste à tenir boutique. Le deuxième récit est éponyme, Le bûcher des illusions, Francine et Lydie amies engagées dans le mouvement des gilets jaunes. Ensuite Magda, fille de chagrin, présente Magda, femme de marin, mère de deux grandes filles, qui attend son homme. Nous étions libres présente Marc qui s'évertue à trouver un job dans ses compétences pour quitter sa place de serveur. La jurisprudence des meringues montre Sidonie qui n'arrive plus à vivre de son travail de costumière et s'est réorienté dans le massage, bien malgré elle, une mère de famille de trois ans, qui essaie de s'en sortir avec talent et débrouillardise. Matoub présente un couple dont l'homme Seb cède aux sirènes du populisme alors que sa femme se découvre des origines marocaines. CGT OK s'épanche sur Marion, coiffeuse à domicile, épouse de Antoine, cadre dans une enseigne de hard-discount, dérouté par les procédures humiliantes mises en place pour diriger les employés.

    Que des personnes avec des rêves pleins la tête, des personnes lambda, de classe moyenne, qui se mettent en quatre pour s'en sortir, et qui n'arrivent que très difficilement à boucler leurs fins de mois. Il y a ces couples ou les hommes doivent partir loin pour assurer un revenu minimum au foyer, la femme est seule pour s'occuper ce qu'il reste justement du foyer, des femmes qui ont des idéaux, assurer une mission de service public, un combat des gilets jaunes, ou un des hommes qui essaient de reprendre confiance. Des femmes et des hommes qui recherchent toutes les solutions possibles pour sortir la tête de l'eau, ce n'est pas faute de volonté, de travail et de détermination. Des personnes essentielles à la bonne marche de la société, marin, serveur, commerçante, infirmière, maraîcher, cadre, qui pourtant étouffent sous la lourdeur d'un système qui ne donne à ces travailleuses et travailleurs qu'un salaire minimum en contrepartie d'une charge de travail et une pression toujours plus lourdes.

    J'ai beaucoup aimé l'œil du journaliste, la plume de l'écrivain, le respect de l'homme pour la vie des personnes qu'il décrit : il appuie le doigt exactement là où cela fait mal, dans un monde où l'on accuse les gens de ne pas travailler, et de manquer d'effort alors qu'ils se donnent corps et âme, qu'ils se montrent courageux, volontaires et inventifs, assez résilients pour surmonter les difficultés qui se dressent devant eux. Frédéric Brunnquell parle de toutes ces Françaises et Français avec tendresse, toujours avec un grand respect pour souligner la dignité qui est la leur et dont ils ne se départissent jamais, et avec précision. Car il y a toujours le détail, ces anecdotes, qui donnent vie à ces hommes et femmes, et n'en font pas seulement des personnages de papier caricaturaux.

    Le titre choisi pour ce recueil n'est pas inopportun : le constat est violent. L'œil extérieur de l'auteur montre, sans jamais le dire, les illusions perdues de ces travailleuses et travailleurs, leur compagne et compagnon respectif, dont l'investissement personnel, professionnel et social ne sera jamais à la hauteur du résultat qui en découle. Le deuxième récit, celui qui met en scène un rassemblement de gilets jaunes, est particulièrement révélateur : de la distance de lecteur, enrobée de l'actualité économique, qui sont les nôtres, on ressent l'inanité de l'action des deux femmes, d'une croyance trop forte en des idéaux illusoires et qui, comme on a pu le constater, s'avéreront vains. La violence de ces existences est incarnée par cet incendie volontaire qui clôt le deuxième récit, un feu destructeur symbole de la perte des illusions. Il y a le récit qui évoque également le populisme qui va croissant avec les difficultés financières que connaissent les Français (...)

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Ils s'appellent Soazic, Marc ou encore Sylvie, ce sont des anonymes et pourtant le temps d'une nouvelle leur histoire va se jouer sous nos yeux mais ce n'est pas leur histoire c'est celle de milliers de français qui tentent d'accéder le niveau supérieur de l'échelle sociale. S'ils la touchent...
    Voir plus

    Ils s'appellent Soazic, Marc ou encore Sylvie, ce sont des anonymes et pourtant le temps d'une nouvelle leur histoire va se jouer sous nos yeux mais ce n'est pas leur histoire c'est celle de milliers de français qui tentent d'accéder le niveau supérieur de l'échelle sociale. S'ils la touchent du doigt c'est pour mieux en redescendre car l'époque dans laquelle ils évoluent ne leur fait aucun cadeau.
    "Le bûcher des illusions" c'est donc un recueil de nouvelles cruellement réalistes qui choisit de ne pas romancer la réalité.
    Merci à lecteurs.com pour cette découverte.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Comme quoi une bonne intention ne donne pas forcément un bon livre.
    Ces nouvelles ont pour ambition de donner la parole aux précaires, aux ouvriers, à ceux qui vivotent de leur travail, qui ont du mal à finir le mois et à toutes les victimes de la mondialisation.
    La nouvelle, c'est déjà un...
    Voir plus

    Comme quoi une bonne intention ne donne pas forcément un bon livre.
    Ces nouvelles ont pour ambition de donner la parole aux précaires, aux ouvriers, à ceux qui vivotent de leur travail, qui ont du mal à finir le mois et à toutes les victimes de la mondialisation.
    La nouvelle, c'est déjà un style littéraire que j’apprécie peu ; j'ai besoin de suivre les personnages, de m'attacher, d'aller au fond des choses et les histoires racontées ici auraient eu besoin d'être développées pour toucher la lectrice que je suis.
    L'écriture est simple et fluide mais la brièveté de ces pans de vie est trop caricaturale pour moi et m'a empêchée d'entrer en empathie avec les protagonistes.
    Merci à lecteurs.com pour ce cadeau.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Encore un ouvrage qui m’a échappé lors de sa sortie à la rentrée 2023. Un cadeau de Noël surprise du site de partage littéraire Lecteurs.com a réparé cet oubli et je ne le regrette pas. Ce n’est pas un roman, mais plutôt un recueil de témoignages révélés par l’auteur, Frédéric Brunnquell, au...
    Voir plus

    Encore un ouvrage qui m’a échappé lors de sa sortie à la rentrée 2023. Un cadeau de Noël surprise du site de partage littéraire Lecteurs.com a réparé cet oubli et je ne le regrette pas. Ce n’est pas un roman, mais plutôt un recueil de témoignages révélés par l’auteur, Frédéric Brunnquell, au titre explicite "Le bûcher des illusions".

    Il l’explique dans le prologue "J’ai vécu des mois avec ces personnes…J’ai écrit leur histoire pour ne pas les quitter…J’ai écrit leurs histoires en bousculant le réel avec délicatesse pour ne jamais trahir leurs convictions." Et de la délicatesse, dans ces petits récits, il y en a. L’écriture est simple mais belle, les personnages sont décrits avec une infinie douceur et leurs vies, leurs combats, leurs désillusions, toujours traités avec un grand respect.

    Rien n’est gai dans ces histoires, tout ce qui est raconté est plutôt dilué dans un camaïeu de gris qui souligne la précarité, les difficultés au travail, les pressions de la hiérarchie, voire les pratiques peu orthodoxes destinées à surveiller les employés, les chronométrer, les fouiller, les humilier. Tout est regrets, désirs d’autres chose, d’un nouveau départ. L’auteur a su écouter avec bienveillance ces hommes et ces femmes, tristes, épuisés, croulant, pour certains sous les dettes, avides de changement, d’un monde meilleur.

    A travers Sylvie, la marchande de journaux dont les clients se font de plus en plus rares, les Gilets jaunes sur le rond-point, Soazig, femme de marin, et son déni de grossesse, Marc serveur et sa femme Perrine qui travaille pour une marque de robes de mariée en CDD, Sidonie, costumière pour le théâtre, qui n’en vit plus et, se trouve prise dans les filets de l’illégalité pour avoir usé de stratagèmes, Florian et les sirènes du Rassemblement National et Antoine, celles de la CGT, l’auteur nous dresse le portrait d’une société sans espoir et c’est très émouvant.

    Un ouvrage plein de désespoir et en même temps de désir de s’en sortir. Frédéric Brunnquell fait preuve d’un immense talent pour nous raconter ces vies cabossées.

    Je remercie Lecteurs.com et les Editions Albin Michel pour ce cadeau de Noël, très belle surprise.

    https://Memo-emoi.fr

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • « J’ai vécu des mois avec ces personnes. J’ai essayé de les comprendre. Toutes m’ont ému. Je me suis pris à extrapoler leurs vies pour leur accorder le droit au romanesque. Il était une fois… »

    Cette phrase de Frédéric Brunnquell, auteur-réalisateur de commentaires, laisse augurer les...
    Voir plus

    « J’ai vécu des mois avec ces personnes. J’ai essayé de les comprendre. Toutes m’ont ému. Je me suis pris à extrapoler leurs vies pour leur accorder le droit au romanesque. Il était une fois… »

    Cette phrase de Frédéric Brunnquell, auteur-réalisateur de commentaires, laisse augurer les rencontres avec des personnes que chacun d’entre nous a pu ou pourrait être, ou que chacun a été amené à côtoyer. Des femmes et des hommes qui n’ont pu ou su maîtriser des situations qui les ont propulsées dans une situation d’inconfort, de mal-être ou d’exclusion.

    Ces histoires sont toutes émouvantes et la plupart se confrontent à des faits sociétaux : l’implication active dans le mouvement des gilets jaunes, Sylvie accrochée à son kiosque de journaux que les passants, même les plus anciens délaissent, Marc qui « revit les saynètes de sa vie d’avant », avant qu’il ne soit serveur, il tenait « le Pacific », un bel établissement de la banlieue de Lille, comme s’il en était le propriétaire. Jusqu’au jour où ce dernier change sa stratégie de gestion en faisant de Marc un chômeur. Il y a Sidonie suiveuse des troupes de comédiens qui vont faire leur festival à Avignon, espérant qu’entre les massages qu’elle dispense et son rôle de costumière, ses gains dissimulés sous le matelas lui permettront de vivre avec sa fille toute l’année. Puis il y a celui qui est convaincu que son engagement aux côtés d’un parti extrémiste aidera au redressement de la France, celui qui ne peut accepter les lointaines origines de son enfant à naître... Enfin, un large panel des problèmes de notre société : pauvreté, chômage, racisme, intolérance, évolution et changement des modèles sociaux, associés parfois à leurs décisions légères ou contestataires, forment un bûcher sur lequel s’enflammeront leurs illusions.

    Malgré la liberté prise par l’auteur pour faire évoluer chaque histoire, rien ne paraît invraisemblable. Pour autant, leur brièveté m’a laissé un sentiment d’inachevé.
    Cet opus ne m’a pas laissée insensible mais il ne m’a pas non plus bouleversée. Est-ce le style journalistique associé à l’histoire romanesque ? Est-ce mon attente d’un plus long développement pour chaque histoire ou alors, aurais-je préféré que chaque cause de désillusion soit réunie pour écrire un seul roman ou chronique sociale ?

    Je remercie la Fondation Orange et Lecteurs. Com pour ce cadeau surprise que j’ai eu plaisir à découvrir.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • qui ont pour point commun d’être abimés par la vie qu’on leur impose. Difficultés financières liées à des emplois précaires, que la moindre maladie fait sombrer, ou au déséquilibre d’une famille qui se disloque, régression sociale avec la menace de la rue, toutes ces impasses les conduisent à...
    Voir plus

    qui ont pour point commun d’être abimés par la vie qu’on leur impose. Difficultés financières liées à des emplois précaires, que la moindre maladie fait sombrer, ou au déséquilibre d’une famille qui se disloque, régression sociale avec la menace de la rue, toutes ces impasses les conduisent à une révolte qui peut se traduire par une occupation de ronds-points, à l’adhésion à un syndicat ou à des choix politiques qui les bercent de nouvelles illusions en pointant du doigt les supposés responsables encore plus miséreux qu’eux.

    On y rencontre aussi des femmes épuisées par leur vies multiples, par démission ou du fait du métier du conjoint toujours absent.

    Le leitmotiv de ces nouvelles est le désabusement, la perte de l’espoir.

    Dans un siècle, le recueil pourrait être un témoin fidèle de ce qu’était la vie des français, ceux qui font marcher les affaires d’une économie qui ne les fait pas bénéficier de son profit. Un témoignage social riche d’authenticité.

    196 pages Albin Michel 30 Août 2023

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.