Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'ami du prince

Couverture du livre « L'ami du prince » de Marianne Jaegle aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782073061041
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

12 avril 65 après Jésus-Christ, dans les environs de Rome. Des soldats en armes envahissent la villa de Sénèque, porteurs d'un ordre de l'empereur : le philosophe doit se donner la mort. Sénèque écrit alors une ultime lettre à son ami Lucilius, dressant pour lui le bilan de sa vie. Durant quinze... Voir plus

12 avril 65 après Jésus-Christ, dans les environs de Rome. Des soldats en armes envahissent la villa de Sénèque, porteurs d'un ordre de l'empereur : le philosophe doit se donner la mort. Sénèque écrit alors une ultime lettre à son ami Lucilius, dressant pour lui le bilan de sa vie. Durant quinze années, il a été le précepteur, puis le conseiller, puis l'ami de celui qui exige désormais sa mort : l'empereur Néron. Parce qu'il vit ses dernières heures, Sénèque peut enfin tenir un discours de vérité sur son élève. Dans cet ultime moment d'introspection, le philosophe interroge la réalité du pouvoir, mais affronte aussi ses propres erreurs et sa compromission. L'Ami du Prince raconte comment Sénèque s'est retrouvé prisonnier d'un idéal de l'Empire, de ses illusions et d'un jeune homme imprévisible dont la vraie nature s'est révélée peu à peu. Après Vincent qu'on assassine et Un instant dans la vie de Léonard de Vinci, Marianne Jaeglé fait revivre le stupéfiant face-à-face entre un philosophe épris de vertu et un jeune tyran sans merci.

Donner votre avis

Articles (3)

Avis (9)

  • 65 après Jésus-Christ. Rome. Des soldats débarquent chez Sénèque avec l'ordre de Néron de se suicider. Dans une dernière lettre à son ami Lucilius, le philosophe, épris de vertu, raconte sa relation avec le futur empereur dont il sera le précepteur et conseiller près de quinze ans. Il retrace le...
    Voir plus

    65 après Jésus-Christ. Rome. Des soldats débarquent chez Sénèque avec l'ordre de Néron de se suicider. Dans une dernière lettre à son ami Lucilius, le philosophe, épris de vertu, raconte sa relation avec le futur empereur dont il sera le précepteur et conseiller près de quinze ans. Il retrace le parcours de celui-ci pour atteindre le pouvoir, évoque le rôle d'Agrippine, sa mère, et sa propre influence sur ce futur tyran. Il fait un bilan de l'éducation qu'il lui a donnée et évalue les résultats. Entre regrets et constats, il se prépare à mourir.

    Un roman historique très accessible et agréable à lire. Marianne Jaeglé se fait témoin de l'ultime écrit du philosophe et recueille ses confidences. Où a-t-il failli ? Tout avait pourtant bien commencé, le début du règne avait été prometteur et source de satisfactions et de bonheur pour l'ami du Prince. Mais il a baissé les yeux sur les prémices d'une série de crimes qui engendreront un règne marqué par la mégalomanie de l'empereur.
    Il nous fait découvrir la relation d'amour-haine d' Agrippine pour son fils, ses manœuvres pour le mener au pouvoir et influer dans les affaires de l'empire. Cela finira par agacer Néron qui ordonnera son assassinat.

    C'est un livre original. Sénèque y est attachant et nous prodigue un enseignement philosophique sur la recherche du bonheur, de la paix et de la justice. Mais il nous fait voir aussi comment le pouvoir corrompt l'homme. Toujours d'actualité hélas...

    Une superbe lecture. Un coup de cœur pour moi. Je ne résiste pas à vous partager quelques belles citations même si le choix est difficile tant tout le texte est d'une grande beauté.

    "C'est pour la vie que nous apprenons, non pour l'école. À quoi servirait la philosophie si elle ne nous aidait pas à nous conduire dans l'existence?"

    "Gouverner consiste en cela : regarder devant soi et tenter d'empêcher des maux à venir."

    "Connais-toi toi-même. Et quel meilleur conseil pourrait-on donner à quelqu'un? Cependant, nous avons beau nous étudier, nous surveiller, nous restons obscurs à nous-mêmes, j'en ai fait l'expérience."

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Un livre sensible, cultivé et très intelligent. Une écriture sobre et belle qui vous entraine.

    Un livre sensible, cultivé et très intelligent. Une écriture sobre et belle qui vous entraine.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Nous sommes au début du premier siècle de notre ère. Sénéque, le célèbre philosophe est appelé à la cour de Rome, après un exil de huit ans, pour se charger de l’éducation du jeune Domitius, qui deviendra quelques année s plus tard l’empereur Néron.
    L’enfant est intelligent et réceptif et ces...
    Voir plus

    Nous sommes au début du premier siècle de notre ère. Sénéque, le célèbre philosophe est appelé à la cour de Rome, après un exil de huit ans, pour se charger de l’éducation du jeune Domitius, qui deviendra quelques année s plus tard l’empereur Néron.
    L’enfant est intelligent et réceptif et ces années d’étude forgent des liens forts entre le précepteur et l’élève. Mais la mère de Domitius, Agrippine, veille, en proie à une détermination farouche pour aboutir à ses fins.

    Roman historique présentant l’intérêt de décrire avec simplicité et clarté cette période historique qui est parfois réduite à quelques clichés lorsque l’on n’ est pas féru d’histoire.

    L’écriture est agréable et parvient à faire oublier que les vides laissés par les textes sont alimentés par l’imagination de l’autrice.

    Même si ce genre littéraire n’est pas mon coeur de cible, j’ai passé un bon moment en compagnie du philosophe et de ses confidences amères.

    272 pages Gallimard 21 mars 2024

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Marianne Jaegle nous plonge avec bonheur dans les aléas de L’Empire Romain avec Sénèque comme narrateur et grand témoin. Les soldats envoyés par l’Empereur se présentent à la villa de Sénèque porteurs d’un ordre de l’empereur : le philosophe doit se donner la mort.

    Avant de mourir,...
    Voir plus

    Marianne Jaegle nous plonge avec bonheur dans les aléas de L’Empire Romain avec Sénèque comme narrateur et grand témoin. Les soldats envoyés par l’Empereur se présentent à la villa de Sénèque porteurs d’un ordre de l’empereur : le philosophe doit se donner la mort.

    Avant de mourir, Sénèque écrit à son ami Lucilius pour lui raconter les grands moments de sa vie intime avec Pauline son épouse et son fils, mort lorsque lui était exilé en Corse, mais aussi sociale avec ses honneurs, sa gloire, sa richesse et ses doutes.

    Sénèque, connu pour sa sagesse est chargé par Agrippine, la 2e épouse de l'Empereur Claude de l’éducation de son fils Domitius. Claude a eu précédemment deux enfants avec Messaline, Britannicus et Octavie qui sont ses héritiers. Les années que Sénèque a consacré à l’éducation de Domitius et la mise en action des idées qui lui sont chères ont été heureuses.

    Domitius, poussé par sa mère, aussi habile qu’avide de pouvoir, deviendra Empereur à la mort de Claude. Avec son changement de statut, il change de nom et devient Néron.

    Au soir de sa vie, Sénèque s’interroge s’il lui aurait été possible d’éviter tous les évènements tragiques qui sont arrivés ?
    De précepteur de Domitius, Sénèque devient l’Ami du Prince. Sénèque est flatté d’avoir été choisi comme guide, touché par la faveur des dieux et motivé de vouer le reste de sa vie au bien de l’Empire.

    Sénèque aurait-il manqué de lucidité ou fait preuve d’indulgence envers son élève. A-t-il été aveuglé en reportant sur le Prince une part de l’affection qui aurait dû aller à son fils ?

    Les cinq premières années du règne de Néron sont heureuses. L’empereur épouse Octavie, choix stratégique imposé par sa mère. Bien conseillé par Sénèque et le préfet Burrus, Néron fait preuve de sagesse et de clémence.

    La violence et l’insensibilité de Néron émergent progressivement. Combien parmi Claude, Agrippine, Britannicus, Octavie et d’autres vont-t-ils échapper à une mort cruelle ?

    Pour éviter une guerre civile, Sénèque est obligé de cautionner le matricide vis-à-vis du sénat, alors qu’il devait son élévation à Agrippine.
    Sénèque ne reconnait plus son élève. Sa démission est refusée par l’Empereur. Il a songé au suicide comme Socrate. Il essaye d’être encore utile à l’Empire. Pauline essaye de le rassurer en lui disant que sans lui tout aurait été pire.

    Néron, persuadé de son génie, lance des projets pharaoniques et ruineux pour l’Empire. Impopulaire et haï du peuple, il pense que son destin est d’être incompris. Suspecté d’avoir fait incendier dix des quartiers de Rome, Néron fait condamner les chrétiens

    En s’inspirant de faits historiques, Marianne Jaegle signe un palpitant récit. Tout est passionnant dans ce livre captivant et fin. L’Ami du Prince est aussi le théâtre du combat hélas toujours contemporain entre l’agressivité de l’espèce humaine et la sagesse.

    L’auteure signe un très beau livre et rend un hommage appuyé à la hauteur ce que fut Sénèque, un cœur pur et étincelant.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Imaginez… Vous êtes au 1er siècle après JC à Rome, aux côtés de Sénèque, le philosophe. Des soldats viennent d’arriver, envoyés par l’empereur Néron. Sénèque doit se donner la mort avant la fin de la journée.
    Il va employer ce sursis pour raconter ses quinze années passées auprès de...
    Voir plus

    Imaginez… Vous êtes au 1er siècle après JC à Rome, aux côtés de Sénèque, le philosophe. Des soldats viennent d’arriver, envoyés par l’empereur Néron. Sénèque doit se donner la mort avant la fin de la journée.
    Il va employer ce sursis pour raconter ses quinze années passées auprès de l’empereur.

    Il a besoin de comprendre. En quoi, lui, le précepteur, le conseiller, « l’ami du prince » a failli dans sa tâche ? Comment cet adolescent docile et curieux dont il avait la charge, qu’il a dirigé vers le Bien, la Sagesse, le Respect de son peuple, est devenu ce montre sanguinaire et impitoyable ? Quelles erreurs, quelles faiblesses a-t-il commises ? Comment a-t-il pu être aussi aveugle ?
    « Je suis coupable, Lucilius. Par ce récit que j’entreprends, j’espère, en t’expliquant ce que j’ai fait, parvenir à le comprendre moi-même et qui sait ? Peut-être réussir à me pardonner un peu. »

    C’est une plongée sincère et approfondie dans le cœur et l’esprit de Sénèque.
    Il revit le plaisir ressenti à enseigner au jeune empereur, à le conseiller durant les cinq premières années de son règne. Un règne bénéfique d’ailleurs durant cette courte période et dont il est fier.
    « Mon élève, à qui j’ai appris à raisonner, à mettre ses pensées en mots (…) prend conscience du poids du pouvoir, en éprouve la terrible responsabilité et formule cela avec une modestie touchante… oui, je peux le dire, ce jour-là, Lucilius, j’exulte. J’ai le sentiment que tous mes efforts portent leurs fruits. »

    Il explique sans fard, ses lâchetés face aux assassinats perpétués par Agrippine, la terrible mère de Néron, puis par l’empereur lui-même. « Tu sais que j’ai conçu des soupçons quant à la mort de Claude. J’ai vu s’accomplir ce qui était sans doute un meurtre politique, que je n’ai pas dénoncé. Et j’ai non seulement omis de le dénoncer, mais j’ai prêté mon concours à ce qui était un coup de force d’Agrippine, pour faire asseoir son fils sur le trône impérial. »

    L’écriture est tellement juste que le lecteur est avec Sénèque. Penché sur son épaule, il lit et partage ses souvenirs, ses réflexions, ses doutes…
    Une immersion réussie au 1er siècle après JC, c’est plutôt bluffant !
    Peut-être car l’autrice « a laissé Sénèque parler librement comme si j’étais sa secrétaire. Le roman est le résultat de ce qu’il bien voulu me raconter. »

    J’ai adoré ce roman pour sa complexité et sa finesse psychologique. Les personnages sont particulièrement bien campés, crédibles. Sénèque, Le philosophe est également très attachant du fait de sa franchise, de son humanité.
    C’est d’ailleurs aussi une réflexion sur la sagesse. De quoi est faite la vie, comment trouver le bonheur ?
    « N’être l’esclave d’aucune nécessité, d’aucun désir, d’aucun incident : voilà le secret du bonheur. »

    Une histoire très contemporaine. Peut-être, car les hommes cherchent toujours le Bonheur et la Sagesse, peut-être car l’emprise et l’ivresse du Pouvoir créent des tyrans. Un jouet trop puissant entre les mains de certains qui « jouent » à en pousser les limites.

    Une biographie juste, sensible, complexe et pourtant facile à lire.
    Roman original, parfaitement documenté et reconstitué, avec une belle maîtrise des personnages.
    Un gros coup de cœur !

    Lu dans le cadre du prix Orange 2024.
    Merci à lecteurs.com et aux Editions l’Arpenteur.

    Extraits supplémentaires sur le blog : https://commelaplume.blogspot.com/

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • je choisi l ami du prince -cette amitié qui par l orgueil le despotisme fait tout chavirer dans la vie de ce philosophe il a consacré toute sa vie à neron et tout ca par soif de pouvoir il demande a son ami sa mort ....confrontation il veut etre le seul au pouvoir et surtout pas quelqu un autre...
    Voir plus

    je choisi l ami du prince -cette amitié qui par l orgueil le despotisme fait tout chavirer dans la vie de ce philosophe il a consacré toute sa vie à neron et tout ca par soif de pouvoir il demande a son ami sa mort ....confrontation il veut etre le seul au pouvoir et surtout pas quelqu un autre + fort que lui j aime bien ce genre de livre ou je me suis bien demandée ce qu advenait ces gens au grè de leur maitre ils sont exilés vendus tués ce livre me parait passionnant

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • L’amitié aurait pu se poursuivre, ils se connaissaient, l’un avait appris à l’autre les bases de la philosophie, les bienfaits de la sagesse humaine, le respect du peuple. En vain. Néron était au-dessus de tout, au-dessus des cœurs, au-dessus des âmes, il était LUI. Le 12 avril 65, Sénèque se...
    Voir plus

    L’amitié aurait pu se poursuivre, ils se connaissaient, l’un avait appris à l’autre les bases de la philosophie, les bienfaits de la sagesse humaine, le respect du peuple. En vain. Néron était au-dessus de tout, au-dessus des cœurs, au-dessus des âmes, il était LUI. Le 12 avril 65, Sénèque se donnera la mort sur ordre de l’empereur ; nous sommes au premier siècle de l’empire romain au moment où une « secte » menée par un certain Christo pourrait faire vaciller Rome victime des dérives sanguinaires, hybristiques et orgiaques.

    Bien plus qu’un roman historique, L’ami du prince est une narration de l’ascension au pouvoir de Domitius, futur Néron, despote absolu à la cruauté sans fin. Quelques heures avant son suicide, Sénèque écrit une longue lettre à son confident et fidèle Lucilius sur ces quinze années passées aux côtés de Néron, son élève devenu un monstre… Un testament où Sénèque écrit le bilan de sa vie, ses espérances perdues, ses erreurs mêlées de réflexions sur la réalité du pouvoir et les illusions perdues.

    Un roman qui ne s’est pas écrit en un jour. Il a fallu à la romancière se jeter à corps perdu dans des heures incalculables de recherche et relire tout ce qui a été publié au sujet de Néron, de Sénèque et de ses dernières heures toujours restées un mystère puisque que le fameux discours serait perdu, et, se référer à Tacite et Montaigne. Ensuite, se fondre dans l’ambiance de l’antiquité pour décrire jusqu’au moindre détail faits et gestes de l’époque avec l’ornementation nécessaire qu’un peintre saisirait pour illustrer l’action. En cela, Marianne Jaeglé est une biographe hors-pair qui fait valser les vocables au son des mouvements et des pensées des personnages qu’elle fait renaître le temps d’un moment, le temps des moments de vie.

    À cette facilité apparente – puisque la lecture s’écoule au fil des pages comme un doux murmure, malgré la dureté de certains actes – se cache une prouesse antique dans la pure tradition des belles lettres. Le choix du sujet est audacieux puisqu’il refuse les effets de mode mais prouve en même temps que cette littérature est source d’immortalité.

    Le domaine de Squirelito ==> https://squirelito.blogspot.com/2024/04/noisette-romaine-lami-du-prince.html

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • 12 avril 65 après Jésus-Christ, à sa villa de Nomentum située à une vingtaine de kilomètres de Rome, juste après le déjeuner, le philosophe Sénèque, conseiller de l’empereur, voit arriver une cohorte de soldats. Leur chef lui annonce qu’il est chargé d’apporter la nouvelle de sa mort au palais...
    Voir plus

    12 avril 65 après Jésus-Christ, à sa villa de Nomentum située à une vingtaine de kilomètres de Rome, juste après le déjeuner, le philosophe Sénèque, conseiller de l’empereur, voit arriver une cohorte de soldats. Leur chef lui annonce qu’il est chargé d’apporter la nouvelle de sa mort au palais avant le soir. Il lui laisse le temps de mettre ses affaires en ordre. Avant de se trancher les veines, Sénèque utilise l’après-midi pour écrire une ultime lettre à son ami Lucilius, dressant le bilan de sa vie. Durant quinze années, il a été le précepteur, puis le conseiller et même l’ami de celui qui exige désormais sa mort : l’empereur Néron. Parce qu’il vit ses dernières heures, Sénèque peut enfin tenir un discours de vérité sur son élève. Dans cet ultime moment d’introspection, le philosophe interroge la réalité de la transmission du savoir et son expérience du pouvoir. Il affronte aussi ses propres erreurs et sa compromission dont il a tiré honneurs et fortune. Marianne Jaeglé fait revivre le stupéfiant face-à-face entre un philosophe épris de vertu et un un jeune homme imprévisible dont la vraie nature se révèle peu à peu.

    Si Sénèque a pu se sentir l’ami du Prince, Marianne Jaeglé pourrait bien être l’amie de Sénèque... Son roman en fait un personnage attachant, elle nous le rend incroyablement proche. Condamné à l’exil en Corse pendant huit ans, Sénèque rentre à la demande d’Aggripine afin de développer les talents oratoires de son fils et le préparer au grand destin qu’elle lui construit à coups d’intrigues. Elle parvient à écarter le prince légitime Britannicus. Néron devient empereur à dix-sept ans en l’an 54 mais soumis à la volonté de cette mère ambitieuse et tyrannique. L’empire romain connaîtra cinq ans de paix et de prospérité sous l’influence modératrice de Sénèque et du préfet du prétoire Burrus, avant que le despote ne décide de prendre tout le pouvoir à son compte, son règne impitoyable dorénavant associé à d’innombrables crimes.

    En postface « Comment et pourquoi j’ai écrit L’Ami du Prince », Marianne Jaeglé raconte la tentation d’écrire sur Néron qui la passionnait, y ayant d’abord renoncé du fait de temps trop lointains et d’une tâche lui semblant démesurée. Puis elle dit que Sénèque a pris la parole et s’est mis à lui raconter l’histoire telle qu’il l’avait vécue. Cette parole elle l’a couchée sur le papier et, par son intermédiaire, c’est Sénèque que j’ai pu entendre tout au long de cette lettre écrite à l’attention de son neveu. Elle s’efface devant cet homme qui a cru pouvoir enseigner la vertu à l’empereur. Elle se contente d’enregistrer sa parole comme si elle était sa secrétaire, une secrétaire à l’immense talent.

    Par rapport aux temps trop lointains… La parole de Marianne Jaeglé m’a paru au contraire très contemporaine. Elle part de l’histoire telle qu’elle nous est parvenue – les sources sont peu nombreuses et souvent sujettes à caution – pour en faire un roman où l’émotion joue le premier rôle avant les faits et les ressentis exacts qu’on ne peut connaître entièrement. Elle dit en postface : « Ce n’était pas Néron, mais la confrontation entre celui qui avait tenté de l’élever (dans tous les sens du terme) et lui. » C’est cette mise en regard qui est le cœur du livre, c’est celle-ci qui me parle, toujours actuelle : dans les questionnements liés à l’éducation et à la transmission de valeurs.

    Elle a réussi l’impensable, nous replonger dans cette période romaine fascinante, si éloignée de notre mode de vie qu’elle est difficile à imaginer, souvent simplifiée à l’extrême avec la vision d’un Néron psychopathe… Le roman redonne à celui-ci une complexité, le sort en partie de son mystère. Sénèque termine par cette question « Mais qui peut comprendre à quoi rêve les princes ? ». J’étais au côté de Sénèque, en même temps j’ai pensé aux enseignants quels qu’ils soient, qui croient comme lui en leur mission, et vacillent quelquefois aux résultats incertains de leurs efforts.

    Ce roman m’a captivé. Il bénéficie d’une dramaturgie passionnante et l’écriture est magnifique. Il permet de s’immerger dans un monde romain qui, par ses divers périodes politiques, a encore beaucoup a nous apprendre. C’est aussi une précieuse approche philosophique du stoïcisme, un courant qui a une large place dans notre culture, notamment dans Les Essais de Montaigne et dans l’œuvre d’André Comte-Sponville, entre autres. On ne manquera pas de penser, voir de le comparer au roman de Marguerite Yourcenar, Les mémoires d’Hadrien, immense chef-d’œuvre écrit il y a soixante-treize ans, mais d’une toute autre nature. L’Ami du Prince embrasse des thèmes plus concrets et parviendra plus facilement à séduire tous les publics y compris, je l’espère, à ouvrir des débats dans les écoles.

    J’ai lu ce roman dans le cadre de ma participation au jury Orange du livre 2024. C’est un des 20 livres de la première sélection établie lors des échanges et votes du 26 mars.

    thumb_up J'aime comment Réagir (1)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com