Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Veronique Ovalde

Veronique Ovalde

Véronique Ovaldé, née en 1972, est un écrivain français.

« Ce que je sais de Vera Candida » a obtenu le prix Renaudot des lycéens, le prix France Télévision et le Grand Prix des Lectrices de Elle. Elle a publié à ce jour huit romans ainsi que des nouvelles et des livres pour la jeunesse.

Crédit...

Voir plus

Véronique Ovaldé, née en 1972, est un écrivain français.

« Ce que je sais de Vera Candida » a obtenu le prix Renaudot des lycéens, le prix France Télévision et le Grand Prix des Lectrices de Elle. Elle a publié à ce jour huit romans ainsi que des nouvelles et des livres pour la jeunesse.

Crédit photo Jean-Luc Bertini © Flammarion

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Veronique Ovalde (8)

Avis sur cet auteur (133)

  • add_box
    Couverture du livre « À nos vies imparfaites » de Veronique Ovalde aux éditions Flammarion

    H sur À nos vies imparfaites de Veronique Ovalde

    Comme un maillage de l’humain avec les doutes, les ressemblances et surtout les imperfections ces 8 nouvelles qui sont 8 portraits de personnes liées par le hasard de la vie.
    C’est écrit avec humour et élégance avec toujours quelques mots inventés comme une signature cachée de l’autrice.

    J...
    Voir plus

    Comme un maillage de l’humain avec les doutes, les ressemblances et surtout les imperfections ces 8 nouvelles qui sont 8 portraits de personnes liées par le hasard de la vie.
    C’est écrit avec humour et élégance avec toujours quelques mots inventés comme une signature cachée de l’autrice.

    J ai picoré chaque portrait, avec une préférence pour celui d’Herman !

  • add_box
    Couverture du livre « À nos vies imparfaites » de Veronique Ovalde aux éditions Flammarion

    Matatoune sur À nos vies imparfaites de Veronique Ovalde

    À partir de huit nouvelles, Véronique Olvadé construit le roman de nos vies ordinaires.
    Chacun à ses figurants dans sa vie de tous les jours. Des êtres qui nous entourent et quelquefois ne nous touchent pas. Un jour, un de nos figurants entre dans notre lumière, sans savoir pourquoi, sans en...
    Voir plus

    À partir de huit nouvelles, Véronique Olvadé construit le roman de nos vies ordinaires.
    Chacun à ses figurants dans sa vie de tous les jours. Des êtres qui nous entourent et quelquefois ne nous touchent pas. Un jour, un de nos figurants entre dans notre lumière, sans savoir pourquoi, sans en pressentir le moment et sans surtout en comprendre l’alchimie qui est à l’œuvre. Tragique ou drôle, cette incursion transforme le cours d’une vie. Ce sont ces figurants que choisit Véronique Olvade de nous faire connaître.

    À côté d’Auguste Baraka, qui n’en a aucune, apparaît Eva avec son rayonnement de la réussite. Celle-ci a une fille Marguerite qui se fait appeler Bob pour illustrer la nouvelle Le chemin jusqu’à soi. Après, il s’agit d’une voisine qui aurait pu croiser sa propre mort le jour des funérailles de son conjoint. Et puis au milieu de ses nouvelles, Véronique Olvadé soliloque avec son lecteur, lui demandant directement sa participation même s’il semble qu’il lui soit impossible d’en tenir compte !

    Pourtant la lectrice que je suis s’est entichée de Lazlo, du moins de la façon qu’à Véronique Olvadé de raconter cet escroc et son méfait. Ainsi de suite !

    Ainsi, ses nouvelles forment presque un roman, en tout cas, une ode à Nos vies imparfaites que nous aimons tant et que la littérature, notamment celle de Véronique Olvadé, sait tellement bien nous raconter !
    Chronique illustrée
    https://vagabondageautourdesoi.com/2024/06/03/veronique-olvade-a-nos-vies/

  • add_box
    Couverture du livre « Fille en colère sur un banc de pierre » de Veronique Ovalde aux éditions Flammarion

    Elizabeth Pianon sur Fille en colère sur un banc de pierre de Veronique Ovalde

    Aïda qui vit à Parme, revient dans son île natale après quinze ans d'absence et de silence.
    Elle appréhende les retrouvailles avec ses deux sœurs et sa mère.
    Enfant, elle était fusionnelle avec sa petite sœur Mimi qui a disparu le jour du carnaval.
    La famille l'a tenue pour responsable, d'où...
    Voir plus

    Aïda qui vit à Parme, revient dans son île natale après quinze ans d'absence et de silence.
    Elle appréhende les retrouvailles avec ses deux sœurs et sa mère.
    Enfant, elle était fusionnelle avec sa petite sœur Mimi qui a disparu le jour du carnaval.
    La famille l'a tenue pour responsable, d'où son exil à Parme.
    Elle compte bien en rentrant sur l'île comprendre la disparition de Mimi.
    C'est une histoire de famille.
    Une famille un peu complexe et des relations pas forcément faciles.
    L'ambiance est intense et l'écriture serrée, pleine de longues phrases et de nombreuses virgules accentue cette intensité.
    J'ai aimé découvrir cette histoire, cette famille, ces personnages, ces secrets, cette région.

  • add_box
    Couverture du livre « Ce que je sais de Vera Candida » de Veronique Ovalde aux éditions J'ai Lu

    Sophie Moisy sur Ce que je sais de Vera Candida de Veronique Ovalde

    Une histoire qui se répète malgré le secret, comme quoi on garde souvent en soi les traumatismes de nos ancêtres.
    Je l'ai lu d'une traite, sans m'arrêter, j'y découvre avec horreur comme à chaque fois l'asservissement des femmes, le patriarcat exacerbé, et bien sur une domination sexuelle...
    Voir plus

    Une histoire qui se répète malgré le secret, comme quoi on garde souvent en soi les traumatismes de nos ancêtres.
    Je l'ai lu d'une traite, sans m'arrêter, j'y découvre avec horreur comme à chaque fois l'asservissement des femmes, le patriarcat exacerbé, et bien sur une domination sexuelle incompréhensible.
    On y parle aussi d'emprise, bref un roman qui nous rappelle combien on souffre quand on est femme, et pourtant les protagonistes sont extrêmement courageuses.
    Je découvre aussi l'Amérique latine que je connais peu, l'écriture est fluide, sans tabou et face à ces évènements si ordinaires pour les femmes de ce livre, on ne peut que frissonner face à l'horreur qu'elles subissent.