Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Arpad Soltesz

Arpad Soltesz
Arpád Soltész, né en Tchécoslovaquie en 1969, est l'un des journalistes slovaques les plus connus pour son travail sur le crime organisé en Slovaquie. Il a fondé et dirige le nouveau Centre slovaque pour l'investigation journalistique qui porte le nom de Ján Kuciak, son confrère assassiné en 2018... Voir plus
Arpád Soltész, né en Tchécoslovaquie en 1969, est l'un des journalistes slovaques les plus connus pour son travail sur le crime organisé en Slovaquie. Il a fondé et dirige le nouveau Centre slovaque pour l'investigation journalistique qui porte le nom de Ján Kuciak, son confrère assassiné en 2018. Tout ce qu'il ne peut pas écrire dans ses articles, il en fait des romans. Il était une fois dans l'Est est son premier roman, lauréat du prix du Premier roman slovaque en 2017.

Avis sur cet auteur (4)

  • add_box
    Couverture du livre « Colère » de Arpad Soltesz aux éditions Agullo

    Géraldine C sur Colère de Arpad Soltesz

    Ce n'est pas si souvent que l'on nous propose des auteurs slovaques et ça se passe du côté d'Agullo Éditions : J'avais brièvement rencontré Arpád Soltész lors d'un mémorable Quai des Polars, sous des trombes d'eau soudaines, en compagnie de son collègue croate, Jurica Pavičić. Et tout le monde...
    Voir plus

    Ce n'est pas si souvent que l'on nous propose des auteurs slovaques et ça se passe du côté d'Agullo Éditions : J'avais brièvement rencontré Arpád Soltész lors d'un mémorable Quai des Polars, sous des trombes d'eau soudaines, en compagnie de son collègue croate, Jurica Pavičić. Et tout le monde coincé sous les tentes des stands des librairies en attendant que les aléas météorologiques veuillent bien prendre fin. C'est avec ce souvenir-là et son roman Le bal des porcs qu'il m'avait dédicacé, que j'entame la lecture de ce roman noir. La Slovaquie vient d'élire son nouveau président, Peter Pelligrini, pro-russe, conservateur, nationaliste, bref il a tout pour plaire : les Slovaques suivent cette mouvance qui se commence à se dessiner en Europe sur des votes à l'extrême droite. En lisant ce thriller qui plonge en plein cœur du fonctionnement de la société slovaque, je ne suis même plus étonnée qu'une majorité de la population votante ait choisi l'autoritarisme : Arpád Soltész nous a abreuvé d'un portrait d'une société au bout du rouleau, sans plus aucun sens ni structure, dominée par la loi du plus fort, qui est loin d'être le système judiciaire du pays et toutes ses institutions, la policière avant tout.

    Arpád Soltész est journaliste d'investigation, il a notamment travaillé sur le crime organisé et son infiltration dans la société et politique slovaque, il sait ainsi de quoi il parle. Ce qui rend ce roman d'autant plus effrayant. D'autant que l'auteur a particulièrement soigné ses avertissements pré narratifs afin d'éluder toute forme de doute pour les éventuels mafieux/voyous de tout acabit qui se reconnaîtraient. J'ai eu envie de la joindre ci-dessous, car la dérision et le sarcasme envers d'éventuels bras armés y sont particulièrement goûteux, l'herbe est coupée sous le pied de façon assez monumentale et fracassante, j'en ris encore.

    Nous voilà au milieu des années 1990, après la séparation d'avec sa sœur tchèque en 93, la Slovaquie est devenue une république indépendante aux mains des Oligarques, qui ici aussi en ont profité pour mettre la main sur les richesses du pays au passage de la privatisation, et autres mafieux en tout genre. C'est à Košice, ville historique de l'est du pays, que l'on retrouve le vieux briscard Miki Miko, désabusé, qui a pour partenaire un jeune lieutenant Molnàr, plein d'illusions et d'ambitions.

    On ne fait pas dans la dentelle avec l'auteur slovaque, d'ailleurs les mafieux slovaques ne sont pas non plus des champions de la modération et du respect des lois : la violence y est diffuse, incrustée dans chaque recoin du roman, à chaque ligne du récit et d'héroïne, infusée dans chaque verre d'alcool, de gramme de vodka, de tasse de café bus, ingurgités par les têtes pensantes, les bras agissants d'un côté comme de l'autre de la loi. Les deux pages de prologue s'apparentent à un apéritif plutôt costaud, on nous y dévoile du destin de l'un des deux policiers : on encaisse, comme un coup dans le plexus, il nous faut habituellement plusieurs chapitres pour en arriver à la mort d'un des protagonistes. Ici, c'est façon mafia, tout de suite et maintenant, pas de retour en arrière, pas d'oubli, ni de pardon. Trois chapitres se partagent le roman : d'abord Moly, surnom du lieutenant Molnàr, puis Miki, Schlezi, de Schlesinger, le journaliste complice de Miki. La rime des diminutifs des trois individus, deux policiers, un journaliste, amplifie leur similarité, la façon dont les groupes mafieux ont directement influencé sur leur vie d'une manière ou d'une autre mettant fin à l'existence de l'un, l'histoire d'amour de l'autre ou encore à la carrière de l'autre.

    C'est dur, c'est violent, ce n'est pas le meilleur côté de la Slovaquie qu'Arpád Soltész nous dévoile là, parfois un peu confus, les morts, les armes, la drogue, l'argent et l'alcool finissent par nous monter à la tête, un mélange qui brouille le cerveau, et la vue, brise les rêves : il faut avoir les reins sacrément solides pour s'être sorti indemne de ce milieu comme Arpád Soltész a pu le faire, en tout cas, il en est resté marqué. Le cumul provoque, volontairement, une ivresse chez le lecteur, bouffi de cette même violence qu'il lit et absorbe, à sa façon, dont est saturé son esprit, comme les innombrables verres d'alcool, les lignes de poudre blanche, les autres drogues en tout genre. Tout est en excès dans le monde qu'Arpád Soltész nous décrit, les frontières entre mafieux et policiers sont totalement abolies, les derniers se mettant au service des premiers pour garder un semblant d'autorité. Tous les repères sautent dans le monde qui semble imprégner l'auteur slovaque jusqu'aux moindres pores de la peau, les policiers apparaissent une prolongation du pouvoir mafieux, sauf quelques fortes têtes qui ont le cuir dur, qui s'acharnent, quitte à sacrifier leur vie personnelle, en utilisant les mêmes méthodes que ces mafieux. [...]

  • add_box
    Couverture du livre « Le bal des porcs » de Arpad Soltesz aux éditions Agullo

    JuanGarciaMadero sur Le bal des porcs de Arpad Soltesz

    Dans le « Joli Petit Pays sous la Minuscule Chaîne de Hautes Montagnes », il s’en passe de belle… Trafics de tous les genres, d’êtres humains, de drogues, malversations financières et rackets, les criminels les plus sordides s’en donnent à cœur joie. Un journaliste va tenter de faire dérailler...
    Voir plus

    Dans le « Joli Petit Pays sous la Minuscule Chaîne de Hautes Montagnes », il s’en passe de belle… Trafics de tous les genres, d’êtres humains, de drogues, malversations financières et rackets, les criminels les plus sordides s’en donnent à cœur joie. Un journaliste va tenter de faire dérailler la machine, mais pourra-t-il y parvenir quand même ceux qui sont au pouvoir et qui donnent les ordres à la police et à la justice trempent aussi dans les combines ?

    Un roman nécessaire sur les dérives du pouvoir, du sexe, des drogues et de l’argent sale, qui plus est puisqu’il est basé sur une réelle affaire, celle de l’affaire Kuciak, réellement assassiné en 2018. Malgré cela, je n’ai pas réellement accroché au style, et j’ai trouvé un manque de liant dans le récit, qui s’étiole après une excellente entrée en matière. Peut-être trop de personnages, trop de magouilles, et un caractère répétitif qui m’a au bout d’un moment pesé.

    Note moyenne donc, pour le style et l’absence d’intrigue. Mais je salue le témoignage et le courage de l’auteur, remarquable et salutaire !

  • add_box
    Couverture du livre « Le bal des porcs » de Arpad Soltesz aux éditions Agullo

    L'atelier de Litote sur Le bal des porcs de Arpad Soltesz

    On ne plaisante pas en Slovaquie avec le pouvoir, l’argent et le sexe. Plusieurs personnages pour incarner le dérèglement de tout un pays. On trouve la sordide histoire d’une jeune fille droguée qui disparaît d’un centre de désintoxication, un futur Président aux bas instincts, un mafieux, un...
    Voir plus

    On ne plaisante pas en Slovaquie avec le pouvoir, l’argent et le sexe. Plusieurs personnages pour incarner le dérèglement de tout un pays. On trouve la sordide histoire d’une jeune fille droguée qui disparaît d’un centre de désintoxication, un futur Président aux bas instincts, un mafieux, un néo-nazi et un analyste doué en journaliste. Le bal des porcs aborde le sujet de la déliquescence d’un pays, on y trouve une corruption généralisée, des abus de pouvoir, du chantage, du trafic d’êtres humains, de la drogue, de la pauvreté bref cela m’a semblé une longue et triste énumération de tout ce qui peut bien clocher à l’échelle d’un pays. L’auteur nous en parle comme si c’était du vécu, d’ailleurs c’est surement le cas même s’il y a un « démenti » en première page. Une fiction très réaliste donc avec quel but si ce n’est une certaine prise de conscience. Un récit brut sans effet de style, des histoires individuelles tordues et des personnages qui officient sous des pseudonymes ont bien failli me perdre plus d’une fois. Et pourtant il y avait dans ces lignes quelque chose de puissant, au moins au même niveau que la violence des faits qui y est décrite. L’auteur nous force à regarde le côté obscur, un face à face avec la vérité qu’on aurait sans doute cherché à éviter tant c’est douloureux. On ressent bien le journaliste qui se cache derrière l’auteur. Est-ce qu’il ne m’aurait pas seulement suffit d’ouvrir un journal et d’en regarder les faits divers et les travers de certains politiciens pour en apprendre autant ? Cela serait revenu à me priver de cette façon de nous donner en pâture des histoires sordides qui ne sont pourtant rien que la réalité. Un auteur qui nous livre ce qu’il ne peut pas se permettre de dire dans ses articles professionnels, à nous de comprendre les mystères voilés derrières ses lignes. Bonne lecture.
    http://latelierdelitote.canalblog.com/archives/2020/09/23/38533691.html

  • add_box
    Couverture du livre « Il était une fois dans l'est » de Arpad Soltesz aux éditions Agullo

    Evadez-Moi (Lau Lo) sur Il était une fois dans l'est de Arpad Soltesz

    C’est un roman violent, parfois sulfureux mais par-dessus tout passionnant et instructif. La plume est acerbe, précise et corrosive. Un excellent roman à lire chez Agullo Editions. Chronique complète sur le blog.
    http://www.evadez-moi.com/archives/2020/01/04/37912769.html

    C’est un roman violent, parfois sulfureux mais par-dessus tout passionnant et instructif. La plume est acerbe, précise et corrosive. Un excellent roman à lire chez Agullo Editions. Chronique complète sur le blog.
    http://www.evadez-moi.com/archives/2020/01/04/37912769.html

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com