Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Barbara Abel

Barbara Abel

Née en 1969 à Bruxelles, Barbara Abel une auteure belge de romans policiers. À 23 ans, elle écrit sa première pièce de théâtre L'esquimau qui jardinait.

En 2002, son premier roman, L'Instinct maternel, lui vaut de recevoir le Prix Cognac avant d'être sélectionnée par le jury du Prix du Roman d'A...

Voir plus

Née en 1969 à Bruxelles, Barbara Abel une auteure belge de romans policiers. À 23 ans, elle écrit sa première pièce de théâtre L'esquimau qui jardinait.

En 2002, son premier roman, L'Instinct maternel, lui vaut de recevoir le Prix Cognac avant d'être sélectionnée par le jury du Prix du Roman d'Aventure pour Un bel âge pour mourir, récemment adapté à la télévision avec Emilie Dequenne et Marie-France Pisier dans les rôles principaux. S'ensuivent Duelle, La Mort en écho, Illustre Inconnu, Le Bonheur sur ordonnance et La Brûlure du chocolat. Aujourd'hui, ses romans sont traduits en allemand, en espagnol et en russe.

Barbara Abel vit à Bruxelles.

 

Crédit photo © Wikipedia.

Articles en lien avec Barbara Abel (1)

Avis sur cet auteur (139)

  • add_box
    Couverture du livre « Comme si de rien n'était » de Barbara Abel aux éditions Recamier

    nathalie vanhauwaert sur Comme si de rien n'était de Barbara Abel

    Barbara Abel est incontestablement la reine du thriller psychologique, elle a le don de raconter la vie de gens ordinaires comme vous et moi, nos voisins peut-être à qui il arrive des choses extraordinaires. Celui-ci n'échappera pas à ses habitudes.

    Dès la première page, le décor est...
    Voir plus

    Barbara Abel est incontestablement la reine du thriller psychologique, elle a le don de raconter la vie de gens ordinaires comme vous et moi, nos voisins peut-être à qui il arrive des choses extraordinaires. Celui-ci n'échappera pas à ses habitudes.

    Dès la première page, le décor est planté, un drame, une mort violente dans une maison de banlieue cossue. On va remonter le temps, découvrir qui habite là, faire connaissance avec les personnages et tout de suite se prendre au jeu pour démasquer le coupable.

    Adèle, architecte d'intérieur est mariée à Bertrand Moreau. Ils ont un fils de 8 ans Lucas, un petit garçon taciturne, qui semble souvent délié de ses émotions. Un jour, Adèle va croiser Hugues Lionel, le professeur de solfège de Lucas. Leurs regards vont se croiser, il est troublé, il croit reconnaître Marie. Mais pourquoi cette femme lui fait penser à Marie, qui est-elle ?

    Commence alors un roman choral où chacun va s'exprimer dans de courts chapitres donnant le rythme de lecture. Les pages tournent très vite. Barbara Abel décortique finement, dissèque la psychologie des personnages, c'est sa marque de fabrique.

    Adèle et Bertrand, un couple aimant à priori, mais qui n'est pas vierge de disputes parfois assez violentes. Lucas qui est dans sa bulle, observateur, ne montrant pas ses émotions. Hugues en charge d'un père atteint d'Alzheimer, père dont il ignore beaucoup.

    Petit à petit des éléments nous parviennent, la tension monte, les fils se nouent et se dénouent jusqu'au twist final qui désarçonne. Encore une marque de fabrique de notre reine du polar.

    L'écriture est fluide, agréable, percutante. Tous les ingrédients pour passer un bon moment.

    Ma note : 8.5/10

    https://nathavh49.blogspot.com/2024/07/comme-si-de-rien-netait-barbara-abel.html

  • add_box
    Couverture du livre « Derrière la haine » de Barbara Abel aux éditions Pocket

    ziggy sur Derrière la haine de Barbara Abel

    Deux maisons mitoyennes séparées par une haie. Deux couples voisins et amis, qui partagent tout, les bons comme les mauvais moments, qui se soutiennent et s’encouragent . D’un côté Thiphaine et Sylvain, de l’autre Laetitia et David. Les jeunes femmes sont véritablement fusionnelles et quand...
    Voir plus

    Deux maisons mitoyennes séparées par une haie. Deux couples voisins et amis, qui partagent tout, les bons comme les mauvais moments, qui se soutiennent et s’encouragent . D’un côté Thiphaine et Sylvain, de l’autre Laetitia et David. Les jeunes femmes sont véritablement fusionnelles et quand elles ont le bonheur d’accueillir un petit garçon à quelques mois d’intervalle, cela renforce encore davantage leurs liens. Maxime et Milo grandissent ensemble comme deux frères. Jusqu’au drame qui va fissurer le quotidien des deux couples jusqu’à la folie. Ce qui n’était alors que bonheur, légèreté, joie, amitié, insouciance se transforme en culpabilité, vengeance, paranoïa et haine, que seule une haie sépare.
    Barbara Abel est ici véritablement machiavélique. C’est d’une écriture puissante qu’elle distille l’angoisse qui va crescendo au fil des chapitres. Par de multiples rebondissements et beaucoup de noirceur, elle manipule son lecteur jusqu’au dénouement final.
    Voici un roman noir, très noir qui nous oppresse par un suspense qui, au fil des pages, vire au drame. Ce thriller résonne encore en nous longtemps après l’avoir refermé.
    C’est en entendant parlé de son adaptation au cinéma sous le titre « Mothers’ instinct » avec Anne Hathaway et Jessica Chastain que j’ai sorti ce livre de ma PAL. Sa lecture fut édifiante. J’attends maintenant de voir ce que donne sa version cinématographique américaine, sachant qu’en 2018 il y eut une adaptation franco-belge sous le titre « Duelles » qui remporta neuf récompenses lors de la cérémonie des « Magritte du cinéma 2020 »

  • add_box
    Couverture du livre « L'innocence des bourreaux » de Barbara Abel aux éditions Pocket

    Spitfire89 sur L'innocence des bourreaux de Barbara Abel

    Une intrigue percutante et travaillé, un huis clos ponctué d’espoir et de désespoir, de cynisme, d’humours, de regret, de culpabilité et de non dits. Un roman qui nous remue émotionnellement. Un livre qui nous marque malgré l’avoir refermé. Après avoir connaissance avec ses personnages que l’on...
    Voir plus

    Une intrigue percutante et travaillé, un huis clos ponctué d’espoir et de désespoir, de cynisme, d’humours, de regret, de culpabilité et de non dits. Un roman qui nous remue émotionnellement. Un livre qui nous marque malgré l’avoir refermé. Après avoir connaissance avec ses personnages que l’on aime ou l’on déteste, on découvre leur faille et leur faiblesse.

    "Il était grand et solide, il avait cette épaisseur qui rend tout concret, les mots, les gestes, les intentions. Il était de ceux qui déplacent le monde dans leur sillage. Le corps d’aplomb, l’esprit en apesanteur. Aujourd’hui, Théo ne voit plus qu’un vieillard sinon chétif, du moins flétri, comme fané, tristement défraîchi. Les traits en ruine. L’organisme en jachère, l’âme en surpoids. A peine l’ombre de celui qu’il a été."

  • add_box
    Couverture du livre « Comme si de rien n'était » de Barbara Abel aux éditions Recamier

    L'atelier de Litote sur Comme si de rien n'était de Barbara Abel

    Dans son dernier roman, Barbara Abel nous plonge avec brio dans les tréfonds d'une famille apparemment ordinaire. Ses thrillers sont toujours prenant émotionnellement et traitent de thèmes universels. Derrière les façades bien rangées se cachent en réalité des non-dits, des secrets inavoués et...
    Voir plus

    Dans son dernier roman, Barbara Abel nous plonge avec brio dans les tréfonds d'une famille apparemment ordinaire. Ses thrillers sont toujours prenant émotionnellement et traitent de thèmes universels. Derrière les façades bien rangées se cachent en réalité des non-dits, des secrets inavoués et des blessures mal refermées. L'autrice excelle à disséquer avec finesse les relations familiales, mettant en lumière les failles et les fragilités de chacun des personnages. On ne peut que saluer son talent pour camper des protagonistes attachants et véridiques, dans lesquels chaque lecteur pourra se reconnaître un peu. Le récit s'articule autour de la figure centrale d' Adèle, une femme mariée et mère d'un petit garçon et qui semble avoir tout pour être heureuse. Pourtant, la rencontre avec Hugues, le professeur de solfège de son fils vient bouleverser son équilibre et la force à regarder en face les erreurs du passé.
    À travers ce prisme intimiste, Barbara Abel aborde avec justesse des thèmes où chacun peut se reconnaître comme les secrets , les non-dits, la culpabilité, la famille et de beaux passages sur la maladie d’Alzheimer. Son écriture ciselée nous happe dès les premières pages pour ne plus nous lâcher. Un thriller psychologue qui nous emporte sur plusieurs générations pour mieux comprendre l'effet délétère de certains secrets de famille. L'autrice navigue avec aisance entre les différents points de vue, nous faisant saisir toute la complexité de la vie des protagonistes. On ne peut que s'attacher à ces antihéros imparfaits et qui ont tous quelque chose à cacher, mais par là même, tellement humains. Une écriture tout en retenue avec un démarrage plutôt lent mais qui peu à peu se densifie jusqu'au final aussi inattendu que ravageur. Une fois refermé, ce roman continue de résonner en nous, porté par des personnages qui nous hantent bien après la dernière page tournée.

    http://latelierdelitote.canalblog.com/2024/04/comme-si-de-rien-n-etait.html