Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Fred Vargas

Fred Vargas

Fred Vargas (Frédérique Audouin-Rouzeau) a vu le jour à Paris en juin 1957 avec sa sœur jumelle Joëlle. N'ayant pas d'idée de métier, elle est allée vers les sciences, l'archéologie médiévale.

Pendant toute sa période scolaire, Fred n'a pas cessé de faire des fouilles archéologiques et a fait d...

Voir plus

Fred Vargas (Frédérique Audouin-Rouzeau) a vu le jour à Paris en juin 1957 avec sa sœur jumelle Joëlle. N'ayant pas d'idée de métier, elle est allée vers les sciences, l'archéologie médiévale.

Pendant toute sa période scolaire, Fred n'a pas cessé de faire des fouilles archéologiques et a fait des études d'histoires après le bac. Son père a eu un rôle très important pendant sa formation. Elle s'est intéressée au violon qu'elle a pratiqué pendant une durée de plus ou moins 10 ans sans vraiment de talent. Puis elle a fait l'acquisition d'un cahier et d'un Bic et a écrit un polar.
Depuis ce jour, elle n'a jamais cessé d'écrire. Son premier roman, « Les jeux de l'amour et de la mort », reçoit le prix du "Roman policier du Festival de Cognac" en 1986 et est publié aux éditions du Masque. En 2006, la « Crime Writers' Association » qui a pour vocation de récompenser les meilleurs auteurs de romans policiers (ou thrillers) lui a attribué son prix, le « Duncan Lawrie International Dagger », pour « Debout les morts », livre paru en mars 1995 en France mais seulement publié en janvier 2006 au Royaume Uni.

Aujourd'hui, cet écrivain est mère d'un petit garçon et vit toujours à Paris. On a beau lui demander pourquoi elle écrit, c'est toujours la même réponse qu'on entend : « Je ne sais pas, je ne sais toujours pas ».

Articles en lien avec Fred Vargas (2)

  • Tentez votre chance pour devenir juré du Prix Audiolib 2019 !
    Tentez votre chance pour devenir juré du Prix Audiolib 2019 !

    On aime, on vous fait gagner le lauréat 2018 "Quand sort la recluse" de Fred Vargas lu par Thierry Janssen

  • Eté 2015, les 10 polars à ne pas manquer
    A redécouvrir : été 2015, les 10 polars à ne pas manquer

    Les psychopathes sont au meilleur de leur forme et les maîtres du polar au meilleur de leur talent pour raconter leur folie. Une imagination à faire froid dans le dos, à réveiller les plus profondes angoisses et surtout à graver avec addiction ces histoires dans vos mémoires puisque chers lecteurs, vous vous jetez dessus avec frénésie ! Alors faites votre choix, le must du thriller vous attend !

Avis sur cet auteur (327)

  • add_box
    Couverture du livre « Sur la dalle » de Fred Vargas aux éditions Flammarion

    Les Lectures de Cannetille sur Sur la dalle de Fred Vargas

    Après six ans d’une interruption entrecoupée de deux essais sur le changement climatique, Fred Vargas revient au polar avec un très attendu dixième volet des enquêtes de l’inimitable commissaire Adamsberg. Ni l’homme ni la romancière n’ont perdu la main !

    Un précédent opus avait confronté...
    Voir plus

    Après six ans d’une interruption entrecoupée de deux essais sur le changement climatique, Fred Vargas revient au polar avec un très attendu dixième volet des enquêtes de l’inimitable commissaire Adamsberg. Ni l’homme ni la romancière n’ont perdu la main !

    Un précédent opus avait confronté Adamsberg et sa brigade aux vieilles superstitions et à la méfiance traditionnelle que les horsains rencontrent encore parfois au coeur de la Normandie profonde. Cette fois, c’est la Bretagne, plus précisément le pays de Combourg en Ille-et-Vilaine, qui nous réserve les mystères de lieux chargés d’un long passé, médiéval au travers du fantôme qui fit tant trembler le jeune Chateaubriand, seul la nuit dans sa tourelle du château de Combourg, mais aussi néolithique avec l’aura ésotérique d’un grand dolmen sur la dalle duquel Adamsberg prend l’habitude de venir laisser décanter ses intuitions.

    Une atmosphère un rien chargée de forces occultes accompagne donc l’arrivée en Bretagne du commissaire parisien, appelé en renfort de son homoloque local débordé. En effet, alors que dans la nuit, semblant annoncer quelque malheur prochain, le claudicant fantôme du château de Combourg est revenu frapper de sa jambe de bois le pavé du village fictif de Louviec, Gaël Leven est retrouvé mortellement poignardé. Peu compréhensibles, ses derniers mots semblent incriminer l'homme avec qui il s'est querellé la veille, un certain Josselin de Chateaubriand, bien connu ici pour cultiver sa d’autant plus curieuse ressemblance avec l’auguste François-René qu’il ne descend aucunement de sa famille. Pas convaincu par ce coupable trop évident, Adamsberg se garde de l’arrêter. Commence alors une série de meurtres similaires qui orientent la recherche des enquêteurs vers un faux gaucher signant ses crimes d’un œuf de poule et refilant à son insu des puces à ses victimes… Soulignons à ce propos que les fidèles de Fred Vargas reconnaîtront bien d’autres clins d’oeil encore que ce rappel à la première enquête d’Adamsberg, et en l’occurrence pour ce cas précis, à la thèse d’archéozoologie de l’auteur sur le rôle de la puce de rat dans la transmission de la peste au Moyen Age !

    L’on retrouve avec plaisir la poésie et l’humour perchés qui, plus encore que le mystère et le suspense d’enquêtes d’évidence fantaisistes, font tout le charme, autour de personnages aussi décalés qu’attachants, de dialogues souvent lunaires et d’une atmosphère baroque à souhait, des polars vargasiens.

  • add_box
    Couverture du livre « Sur la dalle » de Fred Vargas aux éditions Flammarion

    cath_lit_et_chronique sur Sur la dalle de Fred Vargas

    Depuis le dernier roman policier de Fred Vargas, il s’est écoulé six ans. Autant dire que la sortie de Sur la dalle faisait figure d’évènement. J’ai dû attendre longtemps avant de l’emprunter à la médiathèque, attente qui, hélas, n’en valait pas la peine. Mais où est donc le charme des livres de...
    Voir plus

    Depuis le dernier roman policier de Fred Vargas, il s’est écoulé six ans. Autant dire que la sortie de Sur la dalle faisait figure d’évènement. J’ai dû attendre longtemps avant de l’emprunter à la médiathèque, attente qui, hélas, n’en valait pas la peine. Mais où est donc le charme des livres de Fred Vargas ?

    Le commissaire Adamsberg se lie d’amitié avec un de ses homologues bretons et ils sont bientôt appelés à travailler sur la même affaire, une bien curieuse affaire, fantôme compris, forcément, on est chez Vargas. Adamsberg, grâce à son observation aiguë, innocente d’abord un lointain descendant de Chateaubriand qui ressemble comme deux gouttes d’eau à son ancêtre (on est chez Vargas, hein !). Ceci étant fait, il faut quand même trouver le véritable assassin.

    Je n’ai pas retrouvé ce qui fait le charme des livres de Vargas, son atmosphère très particulière. Les péripéties (tout comme les personnages) sont difficilement crédibles. C’est une lecture agréable, rapide malgré les 500 pages, mais pas de celle qui fait rechercher d’autres livres de l’auteur. Un roman policier tout-venant.

  • add_box
    Couverture du livre « Sur la dalle » de Fred Vargas aux éditions Flammarion

    Anne Vacquant sur Sur la dalle de Fred Vargas

    Comme je ne suis pas la première à lire ce livre, que vais-je pouvoir ajouter pour départager les pour et les contre?
    J’appréciais et j’apprécie toujours l’autrice pour son flic contemplatif, son « pelleteux des nuages », avec un petit air à la Maigret, son équipe de bras cassés à...
    Voir plus

    Comme je ne suis pas la première à lire ce livre, que vais-je pouvoir ajouter pour départager les pour et les contre?
    J’appréciais et j’apprécie toujours l’autrice pour son flic contemplatif, son « pelleteux des nuages », avec un petit air à la Maigret, son équipe de bras cassés à contre-courant des flics à Miami.
    J’appréciais et j’apprécie encore la culture de Fred Vargas, faisant ressortir les légendes et les gloires locales et sa fantaisie qui imprègne le réel.
    La psychologie de l’équipe est certes un peu ressassée (mais pensons aux nouveaux lecteurs !). Quant à celle des nouveaux personnages, l’autrice cerne à grand traits des caractères fondamentaux qui évoluent rarement, même dans la réalité : la moquerie plus ou moins malfaisante de la différence (le bossu) ou de la ressemblance (le sosie), la superstition exploitée (le boiteux, la sorcière), la violence des petits voyous qui grandissent en restant liés (Robic & Co), etc.

    Il en découle des bizarreries types de la poétique loufoque de Fred Vargas, à savoir : une descendance romanesque et touristique (Chateaubriand), un conflit entre les « ombristes » et les « ombreux » (Joumot), une anomalie physique rarissime (Maël)… Et pour couronner le tout, puisque l’on se trouve en Bretagne un dolmen sur la dalle duquel Adamsberg s’allonge pour « pelleter ses nuages » ! D’où le titre.
    Si je ressens également un certain relâchement dans la composition depuis le dernier rompol que j’ai lu de l’écrivaine (Dans les bois éternels, voir ma critique), j’aimerais bien, comme son protagoniste pouvoir déchiffrer toutes les « bulles » qui émergent à la surface de mon grand lac d’idées…

    anne.vacquant.free.fr/av/

  • add_box
    Couverture du livre « Sur la dalle » de Fred Vargas aux éditions Flammarion

    Anne-Laure Ferrapie sur Sur la dalle de Fred Vargas

    Un roman policier qui emboîte les histoires les unes dans les autres et nous fait découvrir la région de Combourg, chère à Chateaubriand. Une écriture brillante qui, comme toujours avec Fred Vargas, donne la part belle aux personnages secondaires autant qu’aux personnages principaux. A lire...
    Voir plus

    Un roman policier qui emboîte les histoires les unes dans les autres et nous fait découvrir la région de Combourg, chère à Chateaubriand. Une écriture brillante qui, comme toujours avec Fred Vargas, donne la part belle aux personnages secondaires autant qu’aux personnages principaux. A lire absolument !