Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Valentine Goby

Valentine Goby
Valentine Goby est née à Grasse en 1974. Après des études à Sciences Po, elle a effectué des séjours humanitaires à Hanoï et à Manille et commence à publier après son retour à Paris. Elle est lauréate de la Fondation Hachette, bourse jeunes écrivains 2002 et a reçu le prix Méditerranée des Jeunes... Voir plus
Valentine Goby est née à Grasse en 1974. Après des études à Sciences Po, elle a effectué des séjours humanitaires à Hanoï et à Manille et commence à publier après son retour à Paris. Elle est lauréate de la Fondation Hachette, bourse jeunes écrivains 2002 et a reçu le prix Méditerranée des Jeunes, le Prix du premier roman de l'université d'Artois, le prix Palissy et le prix René-Fallet en 2003. V. Goby a publié plusieurs romans chez Gallimard et des livres pour la jeunesse chez Autrement (derniers titres parus : Qui touche à mon corps je le tue, Gallimard, en 2008 ; Chaïma et les secrets d'Hassan, du Maroc à Marseille, Autrement Jeunesse, en 2009 et Des corps en silence, Gallimard en 2010).

Vidéos relatives à l'auteur

Articles en lien avec Valentine Goby (8)

Avis sur cet auteur (177)

  • add_box
    Couverture du livre « L'île haute » de Valentine Goby aux éditions Actes Sud

    ddannso sur L'île haute de Valentine Goby

    Un livre que je pensais rapide à lire pour occuper une soirée avant une lecture commune.
    Il n'en est rien. J'ai passé plusieurs jours engloutie dans ce livre, transportée dans cette montagne, perdue dans ce blanc, revivant avec ce vert, savourant enfin le jaune, au fil des saisons qui...
    Voir plus

    Un livre que je pensais rapide à lire pour occuper une soirée avant une lecture commune.
    Il n'en est rien. J'ai passé plusieurs jours engloutie dans ce livre, transportée dans cette montagne, perdue dans ce blanc, revivant avec ce vert, savourant enfin le jaune, au fil des saisons qui s'enchainent et que nous découvrons avec l'enfant.

    Vadim, maintenant Vincent, jeune garçon, est envoyé dans une vallée perdue des Alpes. Deux raisons à cela : Il est asthmatique et surtout il est juif. En 1943, cela rend la capitale bien dangereuse, et le premier danger n'est pas l'étouffement.

    Il va y découvrir la Montagne. Avec une majuscule tant cette découverte va l'impressionner, le posséder, l'occuper tout entier : l'île haute
    « La montagne se dresse à contre-jour dans le ciel vert. Ce n'est plus le dôme d'un palais, se dit le garçon, c'est une île. Une île dans la neige. Une île haute »

    Vincent va y faire connaissance de tout un monde et je m'y suis engouffrée à sa suite. Il va peu à peu l'apprivoiser et y retrouver des racines :
    « Vallorcine n'est pas chez lui, il ne se raconte pas d'histoire, il n'a ici aucun souvenir vieux de plus de six mois mais on l'a fait venir sans lui poser de questions, on ne l'a pas chassé, nul ne conteste sa présence, nul ne menace sa vie, il a un lit à lui, une hotte à lui et un Pépé, cela suffit pour éprouver de la gratitude et un désir d'ancrage. »

    Et j'ai aimé spécialement Moinette, qui est sa guide dans ce monde inconnu, qui le partage avec lui, dont les sentiments pour Vincent m'ont touchée.

    C'est une avalanche de mots, une explosion de couleurs, un tonnerre de bruits divers qui ne le réveilleront bientôt plus la nuit, la découverte aussi des premiers émois amoureux. C'est un texte à la beauté sans cesse renouvelée, qu'il faut lire en prenant son temps, en s'arrêtant parfois pour relire à voix haute, tant les sonorités sont belles.

    Un roman très poétique qui m'a fait découvrir la montagne comme si je n'y étais jamais allée.

  • add_box
    Couverture du livre « L'île haute » de Valentine Goby aux éditions Actes Sud

    Spitfire89 sur L'île haute de Valentine Goby

    Valentine Goby nous plonge dans un roman d'apprentissage et un nature writting, récit initiatique, tendre, bouleversant, solaire, porté par le regard d'une adolescente rebelle heurtée de plein fouet par le réel.

    Seconde guerre mondiale, Nature, Apprentissage, Amitié.

    De belle description...
    Voir plus

    Valentine Goby nous plonge dans un roman d'apprentissage et un nature writting, récit initiatique, tendre, bouleversant, solaire, porté par le regard d'une adolescente rebelle heurtée de plein fouet par le réel.

    Seconde guerre mondiale, Nature, Apprentissage, Amitié.

    De belle description des paysages, une oeuvre poétique, un éveil à la sensibilité avec ses enfants juifs qui échappe à l'horreur, de l'abandon des siens, de soi-même, de l'insouciance. Chaque phrase est incisive, une écriture, juste, subtil et émouvant.

    "C'est un matin ambré, soleil doux, ciel jaune. On sent monter l'odeur de cire qui annonce les journées chaudes."

    "La salive d’Olga a séché sur sa bouche, une pellicule invisible au reste du monde. Il en a bu une goutte sans doute, une once de rien du tout, sinon d'où vient cette sensation d'avoir avalé le soleil ?"

    "Il se déshabille avec des gestes ivres. Il frissonne au contact de la chemise de nuit rêche. Ramasse ses vêtements en boule.
    Il s'engouffre sous les couvertures, heurte de ses orteils une masse chaude, soulève le drap : la brique. Avec ses pieds nus il la repousse au fond du lit. Puis il ferme enfin les yeux."

  • add_box
    Couverture du livre « L'île haute » de Valentine Goby aux éditions Actes Sud

    Clairethefrenchbooklover sur L'île haute de Valentine Goby

    Si bien que de l'aube à la nuit la montagne palpite"

    Vadim, 12 ans a dû quitter les siens et son quartier des Batignolles. Pour fuir le danger des rafles, on a décidé de le cacher à la montagne dans un petit village.

    C'est ainsi que commence cet ouvrage. Une arrivée dans le blanc de...
    Voir plus

    Si bien que de l'aube à la nuit la montagne palpite"

    Vadim, 12 ans a dû quitter les siens et son quartier des Batignolles. Pour fuir le danger des rafles, on a décidé de le cacher à la montagne dans un petit village.

    C'est ainsi que commence cet ouvrage. Une arrivée dans le blanc de l'hiver. Et la découverte stupéfaite de la nature et des montagnes pour le jeune garçon.

    Blanc, jaune, vert: autant de couleurs qui vont rythmer ce bal des saisons et cet apprentissage de Vadim/Vincent.

    Un apprentissage dans cet inconnu qui le ravit. Auprès de ceux qui l'hébergent. Auprès de la petite voisine, Moinette avec laquelle il va nouer une belle relation d'amitié.

    Roman initiatique donc.
    Roman-paysage également comme le dit si justement la 4ème de couverture. Car le paysage irrigue chaque page. Grâce à des descriptions. Grâce à des personnifications. La nature est là et rythme tout.

    Comme j'ai aimé la manière dont elle est décrite. Avec une infinie poésie et un style si élégant.
    Comme j'ai aimé aussi la façon dont les protagonistes interagissent.
    Et ce regard de l'enfant à l'aube de l'adolescence qui grandit, apprend et oublie.
    Comme si ce cocon tenait à distance le fracas de la guerre. Dans cette île haute forteresse où Vadim s'enracine au fil des jours.

    Mais justement, la guerre se rappelle parfois. Et j'ai apprécié cette description d'un quotidien sous la guerre par les yeux d'un garçon qui oublie parfois la guerre avant que justement, elle s'impose de nouveau. Par des lettres. Par la présence de soldats italiens. Par l'inquiétude grandissante des adultes.

    Les pages se tournent toutes seules. Comme Vadim, on appartient à cette île haute et on apprend à l'apprivoiser. Avant de la quitter à regret en refermant cet ouvrage.

    Bref, vous l'aurez compris : un très beau roman d'apprentissage où la nature bat la mesure.

  • add_box
    Couverture du livre « Un paquebot dans les arbres » de Valentine Goby aux éditions Actes Sud

    Babeth_ladreyt sur Un paquebot dans les arbres de Valentine Goby

    La tuberculose, on en a tous entendu parler. Une maladie oubliée aujourd’hui. Pourtant dans les années 1950, être malade de la tuberculose était grave, on en mourait.
    La famille Blanc va être frappée par cette maladie qui fait des ravages dans les corps mais peut aussi, comme ici, changer le...
    Voir plus

    La tuberculose, on en a tous entendu parler. Une maladie oubliée aujourd’hui. Pourtant dans les années 1950, être malade de la tuberculose était grave, on en mourait.
    La famille Blanc va être frappée par cette maladie qui fait des ravages dans les corps mais peut aussi, comme ici, changer le cours de la vie de toute une famille.
    Valentine Goby nous fait pénétrer dans cette famille, nous fait suivre son histoire, et nous offre ici une page d’histoire sociale de la France dans ces années-là.
    Les descriptions sont criantes de réalisme, le lecteur se retrouve transporté au temps des sanatoriums.
    Ce roman est, comme d’habitude avec cette écrivaine, très documenté et rend l’histoire véridique, même si elle est totalement romanesque et inventée.
    Valentine Goby a un style littéraire travaillé, pointu et à la portée de tous. A chacun de ses récits, je me laisse embarquer dans une nouvelle page de l’histoire de notre pays.
    Si vous avez l’occasion de la rencontrer, n’hésitez pas. Elle est passionnante et livre avec plaisir ses secrets d’écriture.