Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

La sonate à Kreutzer : a qui la faute ? Romance sans paroles, Le prélude de Chopin

Couverture du livre « La sonate à Kreutzer : a qui la faute ? Romance sans paroles, Le prélude de Chopin » de Leon Tolstoi et Sophie Tolstoi aux éditions Syrtes
  • Date de parution :
  • Editeur : Syrtes
  • EAN : 9782940701599
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

La Sonate à Kreutzer : une affaire de famille ?
Tel est le sens de la parution de ce recueil qui révèle, de manière éclatante, les conséquences profondes de la crise morale et spirituelle de Léon Tolstoï, au coeur même de sa famille. Fruit d'une collaboration avec le Musée Léon Tolstoï de... Voir plus

La Sonate à Kreutzer : une affaire de famille ?
Tel est le sens de la parution de ce recueil qui révèle, de manière éclatante, les conséquences profondes de la crise morale et spirituelle de Léon Tolstoï, au coeur même de sa famille. Fruit d'une collaboration avec le Musée Léon Tolstoï de Moscou, ce recueil a été publié aux éditions des Syrtes, en 2010, à l'occasion du centenaire de la mort du grand écrivain.
La Sonate à Kreutzer dévoile, de la façon la plus remarquable, les paradoxes de l'oeuvre et de la personnalité de Tolstoï. Sa femme se vengera en écrivant À qui la faute ? et Romance sans paroles, qui révèlent un talent littéraire nourri par un besoin d'expression personnelle. Quelques années plus tard, Léon Tolstoï fils exprime sa vision du couple dans Le Prélude de Chopin.

Donner votre avis

Avis (1)

  • Une controverse familiale

    Lorsque Léon Tolstoï publie la sonate à Kreutzer en 1889, il est un écrivain reconnu, auréolé du succès d’Anna Karénine et Guerre et Paix.

    Ce nouveau texte fera, lui, l’objet d’une incroyable controverse et non des moindres :
    et c’est ainsi qu’en réponse au...
    Voir plus

    Une controverse familiale

    Lorsque Léon Tolstoï publie la sonate à Kreutzer en 1889, il est un écrivain reconnu, auréolé du succès d’Anna Karénine et Guerre et Paix.

    Ce nouveau texte fera, lui, l’objet d’une incroyable controverse et non des moindres :
    et c’est ainsi qu’en réponse au texte de Tolstoï, sa femme et l’un de ses fils vont écrire un roman.

    Mais pourquoi une telle controverse ?

    Pour le comprendre, il faut se pencher sur la Sonate à Kreutzer. Ce roman narre comment, à l’occasion d’un voyage en train, un homme écoute le récit de son compagnon de voyage Pozdnychev, qui a tué sa femme qu’il accusait de tromperie. Ce récit d’un homme qui semble aux confins de la folie, a été pour beaucoup l’écho des pensées de l’auteur sur le mariage et les relations conjugales. Afin d’expliciter sa pensée, Tolstoï publia une postface au récit. Pour résumer grossièrement, il prône l’abstinence comme idéal de vie à atteindre dans la vie.

    Mais, pour sa femme : «  À quoi bon chercher auprès des autres ce que j’ai éprouvé dans mon cœur : cette nouvelle était dirigée contre moi, elle m’a blessée et humiliée aux yeux de tous et elle a détruit le peu d’amour qui subsistait entre nous » et oui, c’est le moment de préciser que la vie de couple des Tolstoï fut loin d’être un fleuve tranquille.

    C’est ainsi que sa femme décida de rédiger un roman en réponse à son mari, À qui la faute. Dans celui-ci, on retrouve une femme qui sera tuée par son mari jaloux alors qu’elle n’e l’a pas trompé. Elle reprend de nombreux éléments de la sonate à Kreutzer mais aussi de sa vie de couple offrant dans cette fiction une vision de sa vie conjugale. Elle déplore les appétits charnels de son mari qui semble peu se soucier de jouer d’une union spirituelle entre eux. Elle continuera de développer sa vision dans un autre roman, que l’on retrouve également ici: Romance sans paroles.

    On aurait pu s’arrêter là dans le règlement de compte familial mais c’était sans compter sur le fils Léon Tolstoï qui décide dans un court récit de développer sa théorie en opposition à celle de son père : pour lui, il faut se marier tôt pour éviter la tentation. Il célèbre également une union monogame pour éviter la débauche.

    Je ne peux que saluer les éditions des Syrtes pour avoir réuni ces quatre récits dans un seul livre. Je conseille de les lire les uns à la suite des autres. Ils se répondent et sont en miroir, en lire un permet de mieux comprendre les autres. Ils offrent une plongée incroyablement intime dans la vie d’un grand auteur et de sa famille.

    Même si littérairement parlant, tous les textes ne sont pas au même niveau, j’ai aimé cette incroyable controverse familiale littéraire.

    Alors si vous aimez la littérature russe, les livres sur le mariage et le lien conjugal ou les potins, foncez ce livre est fait pour vous !

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.