Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Une si moderne solitude

Couverture du livre « Une si moderne solitude » de Lena Pontgelard aux éditions Les Editions Du Panseur
Résumé:

Depuis combien de temps Léon et Marie s'aiment ? Ils diraient depuis toujours, comme si rien n'avait existé avant eux. D'ailleurs en dehors d'eux, il n'y a rien.

Même Amande n'a pas trouvé sa place. Il s'était pourtant glissé à l'intérieur de Marie, puis avait grandi. Mais Amande est mort,... Voir plus

Depuis combien de temps Léon et Marie s'aiment ? Ils diraient depuis toujours, comme si rien n'avait existé avant eux. D'ailleurs en dehors d'eux, il n'y a rien.

Même Amande n'a pas trouvé sa place. Il s'était pourtant glissé à l'intérieur de Marie, puis avait grandi. Mais Amande est mort, à la clinique, sous la lumière d'un néon blanc.

Depuis cette fausse couche, Marie fabrique un nouvel Amande, une poupée avec des mèches noires comme les siennes, des boucles comme celles de Léon, et d'autres, blondes et brunes. Elle fait avec ce qu'elle trouve, du moment que les enfants ne bougent pas trop...
Léon, lui, a fait une liste de traits, de défauts, de qualités et de couleurs d'iris qu'il préfère. Il se dit qu'en matière d'enfants Marie aura les mêmes goûts que lui. Peut-être qu'ils pourraient en essayer un, pour voir...

Sur le fil du rasoir, Léon et Marie, Bonnie & Clyde de la parentalité, jouent avec les limites jusqu'au point de bascule où l'imaginaire, le fantasme et la folie se côtoient de trop près.

Léna Pontgelard signe un premier roman fascinant et déroutant, telle une valse sulfureuse au bord du précipice.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (2)

  • Le début de ce roman fait craindre le développement autour d’un drame difficile à vivre malgré sa fréquence. Une fausse couche est un événement traumatisant pour de nombreuses femmes, surtout si le désir d’enfant s’érige en maître ! Mais le sujet, malgré l’empathie qu’il peut susciter, n’est pas...
    Voir plus

    Le début de ce roman fait craindre le développement autour d’un drame difficile à vivre malgré sa fréquence. Une fausse couche est un événement traumatisant pour de nombreuses femmes, surtout si le désir d’enfant s’érige en maître ! Mais le sujet, malgré l’empathie qu’il peut susciter, n’est pas de plus romanesques.
    L’autrice, avec un savoir-faire remarquable fait évoluer à petites touches le propos : le chagrin laisse peu à peu la place à la folie…

    Avec un crescendo savamment orchestré, le récit de ce délire d’un couple obsédé par le désir d’enfant n’en reste pas là. De nombreuses réflexions sur la parentalité, la place d’un enfant dans le monde actuel, mais aussi le quotidien d’une famille avec les contraintes que cela suppose, toutes ces questions sont évoquées à travers le prisme de de la folie.

    Quelques maladresses grammaticales que le plaisir de lecture fait oublier.

    Etonnant et questionnant

    320 pages Panseur 11 janvier 2024

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • « Une si moderne solitude » est le piédestal littéraire. Une expérience de lecture atypique dont on ne sort pas indemne, tant elle est existentielle.
    Magistral, aux lisières de la folie, lorsque la douleur est trop vive. Ce roman est une gageure. Une prouesse d’écriture essentielle,...
    Voir plus

    « Une si moderne solitude » est le piédestal littéraire. Une expérience de lecture atypique dont on ne sort pas indemne, tant elle est existentielle.
    Magistral, aux lisières de la folie, lorsque la douleur est trop vive. Ce roman est une gageure. Une prouesse d’écriture essentielle, impressionnante et singulière.
    Nous sommes dans un premier roman né depuis des millénaires. Un chef-d’œuvre dont on retient le regard, l’envoûtement et le cri.
    Ici, c’est la matrice. Le cœur de la vie et le nid vide d’enfant. Le battement d’ailes (d’elle), Marie qui vient de faire une fausse-couche. Amande est dans les limbes. Elle aime Léon. Léon l’aime. Le récit n’est pas sous la première épaisseur. Il faut briser l’écorce. Pénétrer ce livre inestimable et se heurter de plein fouet au manque et au vide. La douleur vive et le don inné de Léna Pontgelard qui va briser les carcans d’un drame. Bouger la trame avec force entre le fantastique, l’étrange et les fantasmes à fleur de peau et de sens.
    Léon et Marie sont dans cet après.
    « Alors j’observe mon bureau. Ce n’est pas vraiment le mien, je fais simplement comme si. Parce que je suis autrice, et que les livres se vendent, j’ai droit d’être bizarre. Incompréhensible, différente. Pourtant, je suis de la même multitude qu’eux. »
    Léon est en veille. La lumière blafarde, l’antre grise. Le rituel d’un deuil en advenir. Pas maintenant, pas tout de suite. Il est en posture métaphysique. Entre un réel assourdissant et Marie qui va tel le rocher de Sisyphe, franchir l’autre versant, vaincre l’enfer. Les rêves comme des ancres jetées en mer dont le grincement est le signal d’une autre couleur, être à la limite de la normalité. Le vide et ses démons et ses gestuelles déplacées vers l’errance intérieure.
    Créer une poupée : Amande, tel son enfant, avec des vrais cheveux enfantins. Se réfugier dans la cabane, grotte-abysse, ventre, réinventer une maternité avant le final.
    « J’ai besoin d’être seule avec lui. » Léon et Marie, fusionnels et déraisonnables. Ils sont en dérive, et flottent sur la zone d’ombre. Les dangers comme une prison mentale. Séquestrés dans cette radicalité, au plus profond des vacillements intérieurs. Ils inventent le scénario de la survie. La noirceur étincelle. « Mais lorsque mon corps a tenté de reprendre ses droits, je me demande si mon esprit, vexé, ne s’est pas vengé. Désormais, je le sais, je préfère la fiction. » « J’ai tout de même perdu un enfant. Plutôt un drap blanc qui nous a traversés la nuit, dans les couloirs d’un manoir hanté. Un petit rien, de la taille d’une amande . »
    Le blanc ténébreux écarte les branches immanquablement. Le paroxysme d’un basculement vers un thriller psychologique. « Marie, je peux ? Léon m’a dit qu’il fallait que je te demande parce que j’allais me salir. J’ai pas de dehors chez moi… S’il te plaît ! »
    Caustique, glaçante, Marie est mythomane. « Je ne sais pas. Ça dépendra s’il enlève ses chaussures avant de rentrer. »
    Cet enfant simulacre, qui franchit le seuil d’une psyché tourmentée, semble imaginaire. Nous sommes dans le plein d’un récit d’ombres et d’angoisses. La quête d’une survivance. Le lâcher-prise avec Amande, poupée-fils. Tom semble fantomatique. La traversée du miroir dans cette invisibilité frissonnante. La parentalité comme un mime glaçant. « Mais je sais qu’elle reviendra la culpabilité. Dans dix ans. Avec une lanterne qui aura déformé plus que son nom et qui éclairera toutes mes nuits. Je commence à entrevoir l’intérêt d’un enfant. Si je veux, je peux le faire malpoli. C’est un produit frais. »
    Tom qui habite partout dans les moindres recoins est un fantasme. La mort en arrière-plan. Le mimétisme dans l’immensité d’une satire qui féconde l’allégorie du mal.
    Ce roman est un défi au conventionnel, « Harold et Maude » dans notre vive contemporanéité. Il est d’une puissance rare. Stylistiquement majestueux et féroce. Il bouge les normes, secoue et devient l’exploit d’une création. C’est une fresque mentale. L’abîme métaphysique qui oscille entre la chute et la résilience. « Une si moderne solitude » est une lutte pour résister autrement. Publié par les majeures Éditions du Panseur.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.